La dernière Philomène ?... Peut-être, peut-être pas…

Clémence Philomène THUILLIER naît le 3 juin 1851 à Barbonval, dans l'Aisne. Elle est fille de Jean Baptiste Isidore, vingt-huit ans, berger, et Marie Françoise Elisabeth PRINET, sans profession. Elle est le quatrième enfant d'une fratrie de huit : Marie Françoise Elisia, née le 17 décembre 1846 à Longueval, Aisne, Jean Baptiste Désiré le 20 janvier 1848, et Emile Ernest, né le 21 septembre 1849, à Barbonval. Deux garçons et deux filles viennent agrandir la famille : Théodule Alexandre, né le 10 avril 1853 à Perles, Marie Eléonore, née le 20 janvier 1856 à Blanzy,lès-Fismes, Juliette Emelie, née le 2 janvier 1859 à Montgobert et Jules Arthur, né le 30 novembre 1862 à Chaudun. Toutes les communes de naissance sont dans l'Aisne.

Barbonval

Le 29 septembre 1868, à Chaudun, Philomène assiste au mariage de sa sœur aînée, Marie Françoise Elisa avec le sieur Florentin PETIT, puis à celui de son frère, Emile Ernest, le 2 décembre 1871 à Dommiers, Aisne, avec Mathilde POIRES. Le 3 août 1872, c'est elle qui se marie : elle épouse Charles Honoré BRODIN. Le 21 octobre 1876, sa sœur Marie Eléonore épouse Anatole LEROY ; le 3 mars 1877, son frère Théodule Alexandre épouse Marie Clémence MORELLE.

Clémence Philomène accouche de Marthe Emelie, le 15 octobre 1873, puis de René Emile, le 14 novembre 1874, d'Edmond Aristide le 31 août 1876, et de Gaston, le 10 mars 1878. Ce dernier décède le 15 avril suivant. La famille déménage à Bazoches-les-Vesles, Aisne, et Clémence Philomène met au monde Firmin, le 25 septembre 1885. Elle est manouvrière, et Charles Honoré, tantôt manouvrier, tantôt jardinier, au gré des propositions d'emploi.

La famille repart et s'installe de l'autre côté de la frontière départementale, à Fismes, dans la Marne. Philomène accouche de deux enfants encore : Charles Honoré, le 27 octobre 1889, et Lucien, le 26 juin 1891.

L'aîné de ses fils, René Emile, ne fera ni le service militaire ni la 1ère Guerre Mondiale. Sa fiche matricule indique qu'il a des problèmes de colonnes vertébrales et que la Commission de Réforme de Saint-Brieuc (22) le réforme définitivement le 22 mai 1915.

Voilà, mes informations s'arrêtent là… Désormais, il faut se déplacer aux archives départementales de la Marne, puis, sûrement de l'Aisne… Clémence Philomène THUILLIER est une pièce rapportée d'une pièce rapportée d'une pièce… IL me faudra approfondir !