Maurice Eugène MÉNOT est  un membre de notre famille mais pas en lignée directe … Un cousin par ramification …

Maurice Eugène naît le 11 septembre 1888 à Belleu, dans l'Aisne. Il est fils de Léon Adolphe et Ernestine Eulalie BÉZIN.

Lors du recensement de la classe 1908, Maurice Eugène exerce la profession de "frappeur". Sur la fiche matricule, Il est décrit, cheveux châtain, yeux noirs, et il mesure 1,61 m. Il a un cœur avec une fleur tatoué sur le bras gauche… Le 7 octobre 1909, Il rejoint le 19ème Bataillon de Chasseurs à Pied. Il est renvoyé dans la disponibilité le 24 septembre 1911 avec le certificat de bonne conduite.

D'octobre 1911 à mai 1914, il déménagera quatre fois : Paris (18ème), Montrouge (92), Malakoff (92) – où il épouse, le 13 janvier 1912, Désirée VOUBIER – puis un autre logement dans Malakoff. Rappelé à l'activité par l'Ordre de Mobilisation Générale du 1er août 1914, Maurice rejoint son régiment le 3 août.

Il "tombe aux mains de l'ennemi" le 22 février 1916 et est interné au camp de Cassel. Sa fiche matricule ne donne pas plus d'indication le concernant pendant la Guerre.

Afin d'en savoir plus sur sa période de captivité, il faut interroger les archives de la Croix-Rouge Internationale. Sa fiche me confirme que c'est bien le Maurice Eugène que je recherche.

  • Son numéro matricule : 01698,
  • Il a été porté disparu le 22 février 1916 au Bois des Caures, près de Verdun (55),
  • Il a un document complémentaire : P36075, du 25 mars 1916,
  • Il était à Cassel puis à Essen-Nassau, le 27 mai 1916.

 Je recherche donc son dossier P36075. Ce dernier confirme qu'il est arrivé au camp de Cassel le 7 mars 1916, qu'il appartenait au 59ème Régiment de Chasseurs et qu'il a été fait prisonnier au Bois des Caures le 22 février 1916. Deux autres camarades de son régiment, ayant la même initiale de patronyme, ont été arrêté avec lui le même jour au même endroit : Georges MAYEUR et Léon MATHIEU. Voilà le seul renseignement que je découvre. Ce n'est pas lourd en poids d'information, mais c'est ce qui permet de confirmer son état de prisonnier de la Première Guerre Mondiale.

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/les-prisonniers-de-guerre-francais-1914-1918

 Afin de savoir comment et/ou pourquoi Maurice a été fait prisonnier, je consulte le Journal de Marche et des Opérations de son régiment à la date du 22 février 1916. Je vous invite à lire le déroulement de la journée du 22 février 1916, de la page 30 à la page 33 puis n'hésitez pas à tourner les pages pour lire la liste, très longue – trop longue, des militaires, tués, blessés ou portés disparus sur les journées des 21 et 22 février 1916… A la page 41, je trouve le nom de MAYEUR, disparu de la 9ème compagnie, puis, à la page 47, celui de MATHIEU, disparu de la S.H.R., arrivée à la dernière page de cette si longue liste, vue 49, je n'ai pas trouvé le nom de MENOT. Je reviens donc vue 39, où, là, est enregistré un "MUNOT, disparu de la 9ème compagnie", j'ose penser que c'est cet ancêtre Maurice Eugène et qu'il y a eu erreur d'enregistrement du patronyme… Cette liste comprend les noms de 18 tués, 48 blessés, 597 portés disparus – combien de prisonniers ? – et il y a noté la perte de 5 chevaux !

 Il est impossible de trouver des informations concernant le camp de Cassel, en Allemagne, sur le site du CICR. Il n'y est pas référencé, pas plus que celui d'Essen. Est-ce à penser qu'il n'y a pas eu de visite dans ces camps-là ?... J'ai surfé sur la toile, çà-et-là, il y a des informations sur ces camps de prisonniers…

 L'Armistice est signé. Maurice Eugène est rapatrié le 6 décembre 1918. Il se remarie en 1921, à Belleu, Aisne, avec Marie Joseph LE GUEL.

 Je n'ai pas d'autres renseignements sur Maurice Eugène MENOT. Il n'est pas dans notre lignée directe mais suite à ces recherches militaires, je vais approfondir, j'aimerais connaître sa descendance…