Il est aisé de trouver ce genre de document dans les liasses de notaire. Souvent, elles sont d'un époux pour l'autre et de l'autre pour l'un…

Pierre Edouard DEVILLERS naît le 13 décembre 1818 à Paris, fils de Louis Honoré Julien et Marguerite Charlotte BELLIER. Il est l'aîné d'une fratrie de trois enfants, tous nés à Paris :

  • Charles Dominique, le 6 septembre 1822, mon sosa 48,
  • Nicolas Joseph, le 16 septembre 1826

Louis Honoré, relieur, a fait faillite dans les années 1840. Son fils Charles, grâce aux finances de son épouse, Emelie Charlotte BRACONNIER, l'a aidé le mieux qu'il a pu, mais cela n'a pas suffi.

Le 15 février 1847, à Paris, Pierre Edouard épouse Alexandrine Eudoxie BLOQUELLE et part s'installer à Mulhouse où naissent quatre enfants. Il exerce les professions dont relieur et de fabricant d'article de papeterie et de photographie.

Charles Dominique décède de maladie, le choléra, le 12 juin 1849, laissant sa veuve au bord de la faillite. [Ayant investi dans le Théâtre de Robert HOUDIN, les finances seront équilibrées par la suite].

Nicolas Joseph a rejoint son frère aîné à Mulhouse, où, le 11 novembre 1852, épouse Catherine WEISS. Le couple a trois enfants.

Définition d'une donation

N'ayant pu trouver le contrat de mariage dans les liasses de Me PINÇON de VALPINÇON, je ne sais ce qui est consigné concernant les époux DEVILLERS et BLOQUELLE. Cependant, dans l'étude de Me DONON se trouve une donation de Alexandrine Eudoxie BLOQUELLE à son mari. Cette donation est datée du 30 décembre 1881. Par le biais de cette donation, il semblerait qu'elle réduise ce que son mari pourrait obtenir si elle venait à décéder avant elle. : "la présente donation sera réduite à un quart en toute propriété et à un quart en usufruit des mêmes biens" [Cote MC/ET/XLIV/1276 – CARAN]

La question que je me pose est "pourquoi ?". L'argent filait-il aisément entre les mains de ces DEVILLERS ? Avait-elle peur que son mari veuf puisse dilapider ce que pourrait recevoir ses enfants ? Alexandrine Eudoxie est décédée le 26 février 1883 à Bourg-la-Reine, dans les Hauts-de-Seine, quant à Pierre Edouard, il est décédé le 24 février 1901 à Alençon, dans l'Orne, où résidait sa plus jeune fille, Berthe Ernestine, et son époux, Alfred Jules CHEVALIER.

Dès que je pourrais, je retournerai fouiner au CARAN… je trouverai la solution !