Parfois, il est des choses simples à trouver mais… qui ne nous inspirent pas vraiment : ne pas savoir est une bonne raison ! alors nous remettons au lendemain, puis au lendemain et encore au…

Mon histoire est simple, banale et ressemble à d'autres... Je n'ai quasiment pas connu ma grand-mère maternelle. Elle s'est suicidée en ouvrant  le gaz ! Le veuf, mon grand-père-maternel s'est remarié six mois plus tard. Conclusion, ma mère, fille unique, a coupé les ponts. Fin de l'histoire !

Mais voilà, ma mère est décédée avant mon grand-père… Il a donc fallu prévenir celui-ci. Etonnamment, ma mère, qui nous avait toujours dit ne pas savoir où il se trouvait avait, dans son agenda, toutes les coordonnées nécessaires à cette prise de contact. Pas simple ! Mais bon, les funérailles ont lieu, je rencontre ce grand-père. Au court des vingt années suivantes, je ne l'ai vu que deux fois, mon frère, pas plus je pense. Alors qu'il entre à l'hôpital, mon grand-père donne mes coordonnées, comme personne à prévenir au cas où, et décède, 20 ans, jour pour jour, après sa fille unique ! Ils reposent désormais ensemble : ils avaient quelques années d'anecdotes et de nouvelles à se raconter !

Une question que je n'avais jamais posée reste donc en suspens : où est donc enterrée ma grand-mère maternelle ? Pas très intéressée par cette grand-mère, je remets à plus tard et… j'oublie presque. Jusqu'à ce jour où une client me demande de rechercher le lieu d'inhumation de certains de ses ancêtres parisiens. Alors, me dis-je, maintenant que tu as su chercher pour d'autres, fais-le pour toi !

Quelques jours, voire quelques semaines plus tard, je cherche et je trouve : mon arrière-grand-mère est aussi enterrée avec ma grand-mère. Elles reposent toutes les deux au cimetière parisien de Pantin. Maintenant, il n'y a plus qu'à…

Bon, Pantin, ce n'est pas à trois jours de chez moi ! Mais encore quelques jours et quelques semaines pour que je me lance. Ça y est ! C'est fait ! j'y suis allées ce matin !

Le cimetière parisien de Pantin est très "champêtre" : beaucoup, beaucoup d'arbres et de verdures. Seul le chant des oiseaux vient troubler le silence du lieu.  Je dois aller au carré 95, alors, j'erre ça et là. J'aime beaucoup les cimetières et certaines tombes sont très surprenantes, saisissantes d'émotion. De loin, je vois que le carré est principalement le lieu de sépultures juives. Je m'interroge : de religion catholique, aurais-je eu des ancêtres juifs ? Ce serait une autre découverte, un autre silence familial… Mais non ! Arrivée au bord du carré, je compte bien mes 19 lignes, puis la 7ème sépulture : ce n'est pas la bonne. Je recommence dans l'autre sens des fois que je me sois trompée. Mais non ! A l'évidence, la sépulture des mes ancêtres a été relevée.

PANTIN Carré 95

Voilà ! J'ai trop attendu ! Je me remonte le moral en me disant que ce n'est pas de cette année ni de celle passée mais tout de même. Je suis déçue et triste ! J'en avais des choses à leur dire !... Et puis, je m'en prends à mon grand-père : "D'accord tu ne l'aimais plus. Mais tu aurais pu lui prendre une sépulture perpétuelle !" Il est aisé de reporter sa déception sur d'autres mais cela ne m'aide pas. Je suis si déçue et si triste !

Il me reste un mince espoir : la dame du bureau du cimetière va aller voir dans les archives papiers ce qu'elle peut me trouver. Il n'en reste pas moins que la sépulture n'est plus là !

Une conclusion ? Ne pas remettre au lendemain ce que l'on peut faire le jour même ! la procrastination n'est pas bonne conseillère ! Si vous aussi vous avez une recherche délicate voire douloureuse à faire : FONCER ! Vous serez tellement plus libre après…