bénévolat

Mon bénévolat en généalogie ?... C'est une longue histoire…

Etre ou ne pas être bénévole… Le principe qu'il ne faut pas oublier dans le bénévolat c'est qu'il est fait par intérêt personnel et qu'il ne faut pas attendre de remerciement… !

1 Ma participation au Fil d'Ariane

 Pendant des années, j'ai fait des recherches aux archives de Seine-et-Marne pour le fil d'Ariane. J'ai beaucoup aimé, beaucoup appris. Je cherchais déjà plus que ce que les personnes demandaient. Je ne pouvais pas laisser passer les collatéraux si je les voyais… Lorsque les gens voulaient me rembourser les frais (photocopies), je demandais d'être payée en photos d'églises et de fonds baptismaux. Aujourd'hui, j'ai une belle collection…

2 – Ma participation dans un cercle de généalogie

Tout d'abord simple adhérent, je me suis investie avec les membres du bureau gérant l'association. Je suis devenue rédactrice de la revue. Oh, pas une mince affaire : aller glaner des articles auprès des uns et des autres… Mais j'ai beaucoup aimé et, là encore, beaucoup appris. Je me suis lancée dans les diaporamas sur le programme mensuel des activités (diapo avec musique), dans les conférences (celle de Berlin, la première, reste ma préférée), et dans la création de divers articles de presse comme les marque-pages.

Et puis, m'étant initié à la création d'un site généalogique familial, j'ai créé le site de l'association. C'est compliqué à gérer un site… Le président ne l'a pas compris… Bref, incompatibilité d'humeur et je suis partie. Nous sommes restés en bon terme mais ne travaillant pas sur les mêmes sujets…

3 – Ma participation à l'indexation 1J1P

Petite participation, mais j'ai tout de même apporté ma pierre à l'édifice. Pourquoi petite participation ? Je me suis déjà expliquée sur le sujet, alors je résume : pas assez de consignes, et, surtout, pas assez de sérieux, à mon goût, de la part de certains indexeurs.

4 – Pour le reste, je suis devenue professionnelle, alors…

Dépanner d'un renseignement, d'une piste, oui, mais faire des recherches bénévolement, non ! Je me suis installée en étude, j'ai des charges, je passe du temps à mon travail. Donc j'adopte fermement le dicton "toute peine mérite salaire" ! C'est difficile de m'y tenir, mais je me raisonne.

Je peux être bénévole pour de grandes causes comme 1J1P mais plus dans une association ni dans un groupe… J'ai franchi la barrière, je reste amie avec les généalogistes amateurs, ils me le rendent bien d'ailleurs, mais je fais mon travail…