La Première Guerre Mondiale n'a épargné aucun Français ! Ceux partis dans des contrées lointaines sont revenus…

Fernand René Venceslas CHÉNEAUX naît le 10 février 1880 à Pornic, en Loire-Atlantique. Il est fils de René Venceslas, vingt-sept ans, horloger, et Pauline Marie DUTEIL, vingt-et-un ans, sans profession. Une petite sœur, Pauline Jeanne arrive dans le foyer le 12 décembre de l'année suivante. Le bonheur familial est de courte durée car Pauline Marie, la maman, décède le 26 novembre 1883.

René Venceslas se remarie le 4 octobre 1887, toujours à Pornic. Il épouse Joséphine Marie RAGUIN, vingt ans, sans profession. De cette union naissent deux enfants, le premier à Pornic, le second à Nantes :

  • Adolphe René, le 15 mai 1888,
  • -Georges Auguste Fernand, le 28 juillet 1891, décédé le 6 février 1899.

Le 4 mars 1899, René Venceslas est de nouveau veuf : Joséphine Marie est décédée à Nantes. Un an plus tard, le 5 février 1900, il se remarie une troisième fois, à Nantes, avec Marie Françoise MINIER, âgée de quarante-cinq ans.

C'est cette année-là que Fernand René Venceslas est appelé avec sa classe militaire.  Le 3 janvier 1901il rejoint le 3ème dépôt des Equipages de la Flotte.  Tantôt, il navigue – sur le Valmy, le Throuart, le Carnot, la Couronne, la Manche – tantôt, il est basé aux dépôt les 3ème ou 5ème.  Du 12 décembre 1902 au 8 janvier 1903, il participe à la défense d'Alger, du 8 janvier 1903 au 23 juillet 1904, à celle d'Oran. Le 17 juin 1905, à Nantes, il reçoit le diplôme d'Officier de la Marine marchande. 

CHENEAUX Fernand René Venceslas - Fiche d'Inscription Maritime

A Saumur, dans le Maine-et-Loire, le 23 septembre 1907, Fernand René Venceslas épouse Camille Antoinette GUBETTA. En 1909, toujours à naviguer, il est d'abord signalé comme étant déserteur à Vancouver puis dispensé des deux périodes d'exercice militaires.

La Première Guerre Mondiale éclate et Fernand René Venceslas est signalé au 3ème Dépôts des Equipages de la Flotte – à Lorient, le 7 septembre 1914. Le 27 mars 1915 il est affecté au 6ème dépôts – à Paris, pour le 7ème Génie en Avignon, le 1er juillet 1916, puis au 5ème dépôt – à Toulon, le 1er juillet 1916.

Ayant été jugé "incapable de servir activement du fait de son infirmité" Il est placé en congé de réforme n° 1 par la Décision Ministérielle du 18 novembre 1916.

Fernand René Venceslas CHÉNEAUX  décède à l'Hôpital mixte de Hyères, dans le Var, le 2 octobre 1918.

Son frère, Adolphe René CHÉNEAUX effectue son service militaire du 15 octobre 1909 au 24 septembre 1911 au sein de la 1ère Compagnie de Cavaliers  de Remonte. Rappelé à l'activité par l'Ordre de Mobilisation générale il rejoint le 12 août 1914.  Affecté à divers régiments d'artillerie, il est cité à l'ordre de la Brigade, n° 433, le 4 octobre 1915 : "Très énergique et calme sous le feu, sa pièce n'ayant plus à tirer, s'est porté au secours des blessés dans des endroits exposés, les soignant, les réconfortants  - combats du 22 au 25 septembre 1915 devant Perthes". Il est ensuite cité à l'ordre de l'Armée et de la Division, n° 205, du 25 juin 1918. Adolphe René a reçu la Croix de Guerre avec étoile de bronze.

Un fils récompensé pour sa participation, l'autre non, alors… la famille a dû faire une demande de reconnaissance de "Mort pour la France à titre posthume car la décision ministérielle du 30 janvier 1934 refuse cette distinction. Fernand René Venceslas CHÉNEAUX n'a pas participé à la Guerre et est décédé de problème de santé non imputable au service…

Ce n'est pas que Fernand René Venceslas n'ait pas voulu participer à la Grande Guerre, c'est qu'il n'a pas pu !...