Yvonne de GAULLE votant, pour la première fois, le 29 avril 1946

Sans aucun doute l'ordonnance du 21 avril 1944 !...

Le 21 avril 1944, l'ordonnance du Gouvernement provisoire de la République Française, dans son titre IV, discrètement, donne le droit de vote aux femmes : "Titre IV – Article 17 – Les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes".

Cette petite phrase peut paraître insignifiante pour beaucoup de jeunes filles aujourd'hui mais pour nos mères, quelle révolution ! Elles allaient enfin pouvoir donner leur avis sur les affaires de la Nation. Oh, je ne me fais pas d'illusion, au début, à la maison, les pères et/ou maris devaient essayer de donner des consignes. Mais, dans l'isoloir, elles pouvaient choisir librement.

En 1965, la loi du 13 juillet modifie le régime légal du mariage pour les couples se mariant sans contrat : les femmes peuvent enfin gérer leurs biens et travailler sans le consentement de l'époux. C'est un deuxième très grand pas en avant pour la libération des femmes !

En 1967, la loi du 28 décembre autorise la contraception mais le décret d'application ne sera publié qu'en 1971.

En 1970, le 4 juin, l'autorité parentale est exercée par les deux parents, finie la puissance toute paternelle...

En 1972, la loi du 22 décembre pose le principe de l'égalité des salaires entre les hommes et les femmes.

Le 17 janvier 1975, Simone VEIL obtient enfin que la loi autorise l'interruption volontaire de grossesse. Que l'on soit pour ou contre, cela laisse le libre choix à la femme de disposer de son corps et de sa vie...

La loi Roudy, du 13 juillet 1983 établit l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Cette loi renforce celle de 1972, mais encore beaucoup de chemin à parcourir...

Le 27 septembre 1995, création de l'Observatoire de parité entre les femmes et les hommes. Je suis abasourdie : quoi ? Il faut un texte pour donner la possibilité aux femmes d'être des élues ?  d'être à des postes clés ?

Le rapport de Gisèle HALIMI, deux ans plus tard, dénonce cet état de fait !

Le 8 mars 1998, une circulaire annonce la féminisation de noms de métier, de fonction, de grade... Mais, sur le terrain, cela change quoi ?

La loi n° 2000-493 du 6 juin 2000 tend à favoriser l'égal accès aux postes électoraux pour les hommes et pour les femmes... Beaucoup de femmes en politique de haut niveau ? A quand une présidente ?... Une autre loi du 31 juillet 2007 représente le même thème...

Et je pourrais allonger la liste tellement de nombreuses mesures, lois, ordonnances, décrets, sont pris, voté par le Parlement, sûrement pour calmer les féministes car, dans la réalité, peu de choses évoluent. Cela évolue, certes mais quelle lenteur...

J'étais militaire, vers la fin de ma carrière, un général m'avait demandé "Miss, que pensez-vous de la féminisation des Armées ?" Je lui avais gentiment répondu : "Comment, mon Général, féminisation des Armées ? je parlerai plutôt de masculinisation des femmes !". En effet, dans tous les domaines, jusqu'à présent ouverts qu'aux hommes, les mots ont été féminisés mais l'accueil, la place, faits aux femmes est toujours limités... Oui, il y a des femmes chauffeurs de PL, oui, il y a des femmes mécaniciens...

C'est aussi compliqué pour les hommes qui exercent des métiers exclusivement réservés aux femmes jusque-là. Il y a un peu plus de trente ans, j'ai accouché à Berlin. La sage-femme était un homme... Je vous assure que la première nuit, je n'ai pas vraiment dormi. Ma fille était en couveuse et toutes les deux minutes, j'allais vérifier ce que faisait "le" sage-femme ! Et bien, je l'ai trouvé tout aussi compétent que les dames que j'avais rencontrées auparavant.

Pour conclure, le document qui a tout changé pour la vie des femmes, au milieu de ce monde dirigé par les hommes, a bien été celui autorisant les femmes à voter !...