Pas de E dans le canton de Melun, alors j'ai choisi le patronyme du remplaçant, une fois n'est pas coutume… Cela arrivera encore de toute façon, soyez prêt !

Tout d'abord, je vais parler du remplacé. Jean Baptiste FAUCHERON naît le 24 juin 1848 à Rubelles, en Seine-et-Marne. Il est fils de Charles, 33 ans, cultivateur, et Louise Joséphine ROBLAIN, 26 ans, sans profession. Jean Baptiste est le deuxième enfant d'une fratrie de trois, le plus jeune étant né à Montereau-sur-le-Jard :

  • Joseph, le 15 avril 1843,
  • Charles, le 12 novembre 1856.

Comme son père et son frère aîné, Jean Baptiste travaille la terre. A l'appel de sa classe, il se présente en Mairie de Melun et tire le numéro 29. S'il ne veut pas partir au service militaire, il lui faut un remplaçant, qu'il trouve en la personne de Joseph ERHART. Jean Baptiste devait être un bel homme : sa fiche le décrit les cheveux châtains, les yeux et mesurant 1,71 m. Après la Guerre de 1870-1871, il fonde une famille en épousant Amélina Joséphine AMAND le 29 avril 1873 à Saint-Germain-Laxis. Jean Baptiste est son propre patron et aura jusqu'à deux employés : un vacher et un domestique. Mais, l'espoir de fonder une vraie famille s'amenuise au fil des années. Jean Baptiste et Amélina n'ont pas d'enfant. Le plus jeune, Charles est père d'une fille, Marie Joséphine Hélène, depuis 1885 et l'aîné, Joseph est père de quatre enfants : trois garçons et une fille. Mais c'est ainsi… Jean Baptiste s'éteint à l'Hôpital de la Salpêtrière le 13 mai 1914…

ERHART Joseph - FM

Joseph ERHART, son remplaçant aura-t-il plus de bonheur ?...

Il naît le 11 mars 1842 à Hundsbach, dans le Haut-Rhin. Il est fils de Jean Guilhaume, 33 ans, meunier, et Françoise DIRIG, 30 ans. Il est le seul fils d'une fratrie de quatre enfants :

  • Catherine, née le 17 mai 1835,
  • Françoise, née le 28 juillet 1837,
  • Marie Anne, née le 15 février 1849.

Son père, Jean Guilhaume est décédé deux mois et demi avant la naissance de sa petite sœur. Sa mère se remarie avec Mathieu STÖCKLIN, le 15 janvier 1850. Pas de descendance connue pour ce couple, Mathieu élève donc les enfants de sa femme. Qu'en est-il de l'appel sous les drapeaux de Joseph en 1862 ? Aucune information en ligne. C'est sous la classe de 1868 qu'il s'engage à partir [contre rémunération bien sûr] à l'armée en lieu et place de Jean Baptiste FAUCHERON.

La fiche militaire décrit Joseph les cheveux châtain clair, les yeux gris roux et mesurant 1,68 m. Il rejoint le 2ème Régiment d'Infanterie le 20 octobre 1869.

Spicheren

Ce régiment participe aux combats de Forbach-Spicheren, le 6 août 1870.

 "Au matin, les Prussiens innombrables, débouchant des collines que nous occupions la veille, nous attaquèrent de tous côtés.  […] Les Prussiens tournèrent le Général VERGÉ par sa gauche, le général LAVEAUCOUPET par sa droite, au moyen des bois qu'on avait négliger d'occuper ; et de front, ils couvrirent de projectiles avec une artillerie, dont pour la première fois je pus mesurer l'énorme portée. Tout cela est assez méritoire des Prussiens pour qu'on s'étonne à bon droit qu'ils aient voulu enjôler leur victoire en racontant qu'ils ont pris les hauteurs d'assaut. […] Donc, le 6 août, après le coucher du soleil, l'armée française éreintée, décimée, désordonnée, se retira sur Sarreguemines, abandonnant ses bagages et ses blessés, mais d'ailleurs sans être poursuivie. Ce soir-là, il manquait à mon régiment 600 hommes et 20 officiers. J'étais au nombre des derniers, couché dans le village de Spicheren, avec une balle dans l'épaules. […] Les Prussiens ne conservèrent à Spicheren que les blessés non transportables, les autres furent envoyés en Allemagne. [à Sarrebrück]"  Source : Gallica – "Neuf mois en captivité" – Lieutenant PATORNI François Joseph, du 2ème Corps

Joseph rentre dans son foyer à Hundsbach, pas très loin des lieux de combats… Le 8 novembre 1871, il épouse Marie Créscence GROELLY. Le couple a une fille, Maria, née le 29 mai 1872.

Travaillant sur les archives en ligne [confinée je suis] je n'ai aucune autre information concernant Joseph et sa famille. A-t-il été père d'autres enfants ? Quand est-il décédé ?... Il n'a pas quitté l'Alsace, il n'a pas opté pour la France…