Alphonse Hippolyte CAMUS est originaire de la ville voisine. La famille CAMUS est une famille implantée depuis des années…

Alphonse Hippolyte naît donc dans la commune de Pringy le 5 mars 1848. Il est fils de François Alphonse, 29 ans, vigneron, et Marie Thérèse DESROCHES, 24 ans, sans profession. Ses parents se sont mariés l'année précédente. Il est l'aîné de la fratrie de six enfants, tous nés à Pringy :

  • Alphonsine, le 21 juin 1851,
  • Hippolyte Jules, le 18 décembre 1854, décédé le 5 mai 1865,
  • Raymond Théodore, le 16 janvier 1858, décédé le 14 avril 1874,
  • Léontine, le 3 février 1860,
  • Rose, le 7 janvier 1865.

En tant qu'aîné, il doit montrer l'exemple… Il n'est pas vigneron comme son père mais carrier. Il est vrai, cependant, qu'à l'époque les "petits" étaient souvent manuels et rémunérés en fonction du travail qui se présentait : tantôt vigneron, tantôt manouvrier, tantôt journalier… La preuve en est, Alphonse Hippolyte est manouvrier lors du recensement de sa classe.

CAMUS Alphonse Hippolyte - FM

En 1868, il se présente à la mairie de Melun, Pringy faisant partie du canton de Melun-Sud. Alphonse tire le numéro 7 ! Ile st donc assuré de partir au service militaire. Sept longues années… Il rejoint le 2ème Régiment d'Infanterie le 17 octobre 1869 et est immatriculé sous le numéro 4062. Comme ses camarades de régiment, Alphonse ne doit pas être très heureux des affaires politiques européennes. Il sent, il sait, qu'il va partir à la guerre, mais, le veut-il vraiment. Comme pour tous les autres, comme pour toutes les guerres, personne ne va lui demander son avis. Participe donc à cette guerre de 1870 au sein du 2ème R.I.  Son dossier militaire indique qu'il a fait campagne du 19 juillet 1870 au 28 octobre 1870, date à laquelle il a été fait prisonnier. A-t-il fait partie des 150 000 prisonniers qui ont été faits lors de la capitulation de Metz ? – le 27 octobre 1870, la capitulation est signée à Metz. Enfermé dans la place forte de Metz, BAZAINE choisit de se rendre aux forces prussiennes, livrant ainsi tant de prisonniers et de matériels militaires.

Capitulation de Metz

Alphonse Hippolyte rentre le 14 juin 1871 et rejoint le 113ème d'Infanterie le 1er juillet 1874, il déclare résider à Pringy. Le 14 avril 1874, son seul frère encore en vie, Raymond Théodore décède. Alphonse est donc non seulement l'aîne, mais aussi celui sur lequel repose désormais la responsabilité d'assurer la descendance... Le 12 septembre de cette même année, il épouse Berthe Henriette SAUSSIER, âgée de 20 ans, sans profession. Le couple a cinq enfants, tous nés à Pringy :

  • Hippolyte Alphonse, le 20 août 1875,
  • Alphonse Augustin Paul, le 31 juillet 1877,
  • Julia Berthe, le 27 janvier 1879,
  • Marguerite Berthe, le 13 juillet 1885,
  • Thérèse Hélène, le 7 juin 1888.

Les fenaisons à Pringy

La vie d'Alphonse va s'écouler à Pringy jusqu'au 23 septembre 1902, jour où il décède.

Si Alphonse Hippolyte pensait que la guerre de 1870-71 serait LA guerre européenne, il était loin de s'imaginer que ses deux fils participeraient à la Première Guerre dite Mondiale !

  • Hippolyte Alphonse est cité à l'ordre de son régiment, n° 34 du 11 avril 1918 "Brave soldat, d'un excellent moral, a fait preuve en maintes circonstances de courage et de sang-froid". Il reçoit la croix de Guerre avec étoile de bronze.
  • Alphonse Augustin Paul est blessé au combat de Boureuilles, dans la Meuse, le 5 janvier 1915 "plaie par grenade à la jambe gauche et au bras et main droite". Il est à nouveau blessé par shrapnell à la main et au poignet gauche. Il es handicapé à vie.
  • Un des gendres de Alphonse Hippolyte, Emile DESSALLES, aussi natif de Pringy, décède au cours de cette guerre le 10 octobre 1914 à Champenoux, en Meurthe-et-Moselle.

Lorsque les guerres se succèdent avec la régularité des générations, si une génération participe à la première, malheureusement, les générations suivantes sont aussi impactées…