BACQUET 1870

Louis BACQUET fait partie de ma famille généalogique, il n'est pas un ascendant ni direct, ni indirect… Il a été appelé sous les drapeaux, est parti à la Guerre et n'est pas rentré. Un homme, qui, aujourd'hui, n'intéresse personne !

Louis BACQUET naît le 25 février 1848 à Moissy-Cramayel. Il est fils de Etienne, 37 ans, charretier, et Marie Louise GOYOT, 32 ans, sans profession. Il est le quatrième enfant d'une fratrie de six, tous nés à Moissy :

  • Marie Louise, le 26 juillet 1839,
  • Céleste Adèle, le 1er juillet 1842,
  • Etienne Alphonse, le 20 mai 1845,
  • Eugène Victor, le 15 décembre 1850,
  • Alfred, le 29 septembre 1852.

Louis est le seul qui est concerné par la Guerre de 1870-1871 : l'aîné est trop vieux et les plus jeunes, trop jeunes ! En 1868, il se rend à la mairie de Combs-la-Ville, chef-lieu de canton, et tire le numéro 35. Il n'a aucune prétention d'exemption et n'a aucun moyen financier pour se faire remplacer. Son dossier matricule le décrit les cheveux châtain-clair, les yeux châtains et mesurant 1,68 m. Comme son père, il exerce la profession de charretier.

BACQUET FM

Le 1er décembre 1869, Louis se rend au dépôt d'instruction pour faire ses classes. C'est le 24 juillet 1870 qu'il intègre le 39ème Régiment de Ligne. La France gronde, l'Europe s'attise : la Guerre n'est pas loin. Le 39ème Régiment de Ligne, ou de Marche, est un régiment d'Infanterie créé après la Révolution à partir du Régiment d'Île-de-France. Stationné en Algérie en 1869, il est rappelé en France et est rattaché à l'Armée de la Loire.

Armée de la Loire

Louis BACQUET va suivre, avec son régiment, ce Général de Division : le Général CHANZY. Il va aller de l'Est, Besançon, à Versailles. C'est dans cette ville que l'Armistice provisoire a été signé le 18 janvier 1871 au Château, dans la Galerie des Glaces. Puis, le 10 mars 1871, l'Assemblée nationale, peut-être trop royaliste et pacifiste, transfert son siège aussi à Versailles. Il faut donc protéger tout le monde…

Le Gaulois - 1870

Dans son article du 3 mai 1871, le journal "Le Gaulois" rend hommage aux hommes du Régiment étranger, du 39ème de Ligne "Ces deux régiments n'ont jamais été prisonniers ni contraints de se réfugier en Suisse". Le Régiment Etranger, avec le 39ème de Ligne et le 30ème Bataillon de Chasseurs, a assisté aux combats "livrés dans Neuilly et a eu cent blessés et seize tués".

Beaucoup de soldats décèdent, dont Louis BACQUET. Son acte de décès, n° 911, en date du 3 mai 1871, indique qu'il est "décédé ce jour à onze heures du matin à l'hôpital militaire de Versailles". Son dossier matricule est plus précis : il a été blessé à la jambe. Quand ?...

 

La vie est surprenante ! Comme je vous l'ai écrit en début d'article, Louis BACQUET est de ma famille généalogique et j'ai habité pendant quelques années, Boulevard Chanzy[1] à Sedan… Tout tourne autour de cette Guerre !...



[1] Le Général CHANZY est natif de Buzancy, dans les Ardennes.