(c) Christiane MENOT

Que de changements depuis ma première participation en 2016 ! Je ne suis pas certaines que toutes me conviennent, mais c'est ainsi : la majorité dans les choix fait loi…

Depuis 2016, nous sommes toujours, à peu près, le même nombre de participants alors que certains arrêtent et d'autres prennent le relais. Il existe un noyau "dur" mais… Le fait que les personnes propriétaires d'un blog arrêtent cette participation m'interpelle quel que peu. J'ai remarqué que certains blogs n'existaient plus, l'écrivain en herbe a essayé et a abandonné pour des raisons qui lui sont personnelles…

Pourquoi cesser de participer à ce défi ? Moi-même, j'ai eu parfois envie d'abandonner car les règles ne me convenaient pas. Je liste ci-dessous les choses qui ne me convenaient pas mais ce n'est aucunement une vindicte ! C'est un constat. De toute façon, l'envie d'écrire et celle de participer à cette aventure annuelle sont bien plus fortes que mes états d'âme : je reviens chaque année.

Revenons donc à ce qui m'a "dérangée" :

  • Le terme challenge est, pour moi, le fait de réussir, chaque jour, à produire un article avec la lettre du jour. Je n'ai pas été inspirée, ce n'est pas grave, je "saute" la lettre et écrit pour le jour suivant. Donc, venir remplir les cases du tableau alors que l'exercice est fini n'est pas conforme au terme de challenge… Une fois que la lettre Z a été utilisée : c'est FINI ! C'est comme si vous passiez un examen et que, quelques jours plus tard vous rendez votre copie…
  • La participation a plusieurs mains… J'étais contre. Pourquoi ? Simplement pour tout ceux qui essayaient d'écrire seul devant leur page blanche. Ecrire personnellement 26 articles est une prouesse bien plus difficile que d'écrire à 26 chacun un article…
  • Et, ce qui n'est pas une raison moindre, il y a eu une année difficile. Chaque jour il y avait des joutes écrites, parfois assez venimeuses. Pourquoi ? Lorsque nous écrivons, c'est notre opinion, ce sont nos mots. Si chaque jour les journalistes se faisaient attaqués pour ce qu'ils écrivent, nous aurions beaucoup de mal à suivre les médias, les actualités et tout le reste… Je ne suis pas contre qu'un lecteur puisse être d'un avis différent, bien au contraire, les échanges sont ce qui fait avancer le monde, qui me fait avancer chaque jour. Mais il y a une façon d'échanger. Comme je dis souvent "discuter et non pas se disputer".
  • Le fait de changer de mois… le mois de novembre est, pour moi, propice à bien des sujets d'articles. Alors que juin est plus calme, se prépare au farniente… La majorité a tranché, j'accepte.

Aujourd'hui, je me demande si parmi les inconvénients que j'évoque ci-dessus, certains n'ont pas rebuté les nouveaux prétendants à cet exercice délicat d'écrire pendant 26 jours, chaque jour un article avec une lettre différente de l'alphabet.

J'aurais aimé que, le temps s'étant écoulé, nous puissions demander à ces écrivains qui ne sont pas revenus les raisons pour lesquelles ils ne sont pas revenus. Ainsi, peut-être que le collectif que nous sommes aurait-il pu trouver un bon compromis pour satisfaire les débutants, les anciens, les touristes, les vrais écrivains (si si j'en lis et il s'en trouve), bref, tout ceux qui ont envie d'écrire sur le sujet de leur choix. Leur blog ne leur appartient-il pas ? Ne leur est-il pas totalement alloué ?

Alors, cette année, je voudrais dire à tous que je leur souhaite un bon challengeAZ, un très bon challenge ! Il ne faut pas se mettre une pression du diable : cela doit rester un plaisir ! Vous n'avez pas les lettres K, W, X, Y et Z ? Peu importe, ouvrez le dictionnaire, fermez les yeux, pointez avec votre doigt : hop ! Vous l'avez votre mot, il n'y a plus qu'à…

Larguer les amarres, et voguez, voguez sur les mots, sur l'histoire de vos ancêtres, sur l'Histoire, sur votre hobby, sur… sur un sujet qui va vous permettre de parler avec verve et force de mots…

Le 30 novembre, retour au port : nous serons tous épuisés, mais tellement heureux ! Heureux d'avoir écrit, heureux d'avoir lu, heureux d'avoir vu que bien des sujets ont été abordés, sujets auxquels nous n'avons pas nous-même pensés… Au fait, quel est mon fil conducteur cette année ? Les hommes qui ont [ou pas] participé à la Guerre de 1870-1871, Seine-et-Marnais, autant faire que peu du canton de Melun-Nord et de celui de Brie-Comte-Robert…