Intérieur du Familistère de Guise, dans l'Aisne

Les ruches... Tout de suite, je pense à la reine et ses abeilles ainsi qu'au miel... Mais, ce n'est pas que cela une ruche ! Cela peut aussi être une agglomération très peuplée où règne une activité intense, une voûte demi-sphérique ou encore une bande d'étoffe plissée ou froncée, telle une collerette...

1 – Le Familistère de Guise, dans l'Aisne, une ruche sociale

Au milieu du 19ème siècle, Jean-Baptiste GODIN dépose un brevet pour un appareil de chauffage. Puis, en 1846, il installe une entreprise à Guise. Il avait des idées sociales précurseurs... Il décide donc de construire un lieu où ses ouvriers – passés en très peu d'années de 30 à 1 500 – pourraient vivre. Oh, pas seulement, habiter, mais VIVRE. Dans ce Familistère, 500 logements étaient voués à la location et, sur place, il y avaient une crèche, une école, un théâtre, une piscine, des magasins. M. GODIN a aussi créé une protection mutualiste pour ses ouvriers.

Ce Familistère a vécu jusqu'en 1968. Aujourd'hui, il est possible de le visiter : n'hésitez pas !

2 – Une voûte architecturaleEglise de Tournus - (c) C. MENOT

Cette ruche est une couverture semblable à une coupole : demi-sphère sur pied, parfois ronds, mais souvent carrés. Ce style de voûte se trouve principalement dans l'art roman. N'hésitez pas à entrer dans des églises ou des abbayes, uniquement par amour du patrimoine, bien sûr, en respectant le lieu où vous vous trouvez...

J'aime cet art roman, plus doux, plus harmonieux à mes yeux que le gothique ou, encore pire, le gothique flamboyant. Ce dernier me semblent dur et provocateur : ces longues flèches grimpant vers le ciel font raisonner en moi un symbole de puissance alors que l'art roman est plus apaisant même si, parfois, en certains lieux, les hauteurs sont aussi vertigineuses...

 

3 – La collerette et autres effets, une ruche vestimentaire

Ah, Henri IV et sa superbe collerette ! La collerette est un atout vestimentaire aussi bien féminin que masculin. Tout au long du 16ème siècle, les dames de la haute société arboraient avec fierté qui cachait leur cour. Il est bien certain que les dames "du peuple" n'auraient jamais pu travailler ainsi accoutrées !

Moi qui aime avoir mon cou libre... Il aurait donc mieux valu que je sois du peuple, les professions de mes ancêtres laissent à penser que c'est le cas... Pas de nobliaux, nobles ou autres dans ma généalogie !

Collerette

 Un peu d'humour sur le terme "ruche" ?... il y a des ruches "humaines" où chacun(e) essaie d'être le roi ou la reine, c'est un combat qui ne m'inspire pas...