guizot-francois (2) 1787-1874

Le thème concerne la première école primaire d'une commune de votre choix....

Vous avez tous, dans votre généalogie, un "nid" familial dans une petite commune. Souvent, dans cette même commune, l'école primaire du 19ème siècle existe toujours, solide, bien placée au cœur du village. Ne vous êtes-vous jamais posé la question de connaître comment, pourquoi cette école ? Et bien, c'est maintenant ! Vous allez pouvoir étoffer la biographie de votre ancêtre en parlant de l'école qu'il a pu fréquenter en étant enfant. Bien sûr, cela ne peut être qu'un ancêtre né à partir de la seconde moitié du 19ème siècle...

En effet, c'est le Ministre de l'Instruction publique, M. François GUIZOT (1787-1874) qui améliore les conditions de l'enseignement en imposant la création des écoles de garçons, dès 1833, puis celle des filles, le 23 juillet 1836.

 

La loi du 28 juin 1833, loi dite Guizot, est une loi sur l'instruction primaire qui précise :

  • dans le Titre premier, quel enseignement doit être distribué,
  • dans le Titre II – des écoles privées – qui peut enseigner et qui ne le peut pas,
  • dans le Titre III – des écoles primaires publiques, dans quelles conditions il doit y avoir une école primaire – au moins 500 habitants ou les communes se regroupent, voire une école primaire supérieure – plus de 6 000 habitants, et le département une école normale primaire. Il y est aussi question des conditions d'hébergement et du salaire de l'instituteur communal.  L'inscription à l'école est gratuite pour les élèves dont les familles n'ont pas de revenus suffisants (article 14).
  • dans le Titre IV – des autorités préposées à l'Instruction primaire, la composition du comité local de surveillance.

C'est ainsi que sont nées les écoles primaires dans nos communes. Oh, pas tout de suite... La loi a bien été appliquée mais il a fallu trouver le terrain, faire accepter les plans, construire les bâtiments et... accueillir les enfants.

En 1833, le canton de Brie-Comte-Robert, en Seine-et-Marne, regroupait les commune suivantes – l'estimation du nombre d'habitants est faite en fonction des recensements de 1831 et de 1836 :

  • Brie-Comte-Robert, environ 2745 habitants,
  • Chevry-Cossigny, environ 700 habitants,
  • Combs-la-Ville, environ 500 habitants,
  • Coubert, environ 530 habitants,
  • Evry-les-Châteaux, environ 660 habitants,
  • Grégy-sur-Yerres, environ 140 habitants,
  • Férolles-Attilly, environ 310 habitants,
  • Grisy-Suisnes, environ 925 habitants,
  • Lésigny, environ 375 habitants,
  • Lieusaint, environ 580 habitants,
  • Limoges-Fourches, environ 160 habitants,
  • Lissy, environ 135 habitants,
  • Moissy-Cramayel, environ 520 habitants,
  • Réau, environ 340 habitants,
  • Servon, environ 350 habitants,
  • Soignolles-en-Brie, environ 710 habitants,
  • Solers, environ 380 habitants.

Donc, au regard de la loi, les communes de Grégy-sur-Yerres, Férolles-Attilly, Lésigny, Limoges-Fourches, Lissy, Réau, Servon, et Solers n'étaient pas dans l'obligation d'avoir une école primaire.

Mais c'est sans compter sur les monographies qui ont été rédigées par les instituteurs des écoles primaires pour le Centenaire de la Révolution :

  • celle de Férolles-Attilly – AD77 cote 30Z170 – rédigée en 1888 par M. Victor Ernest MARION, l'école a ouvert en 1859 et le premier instituteur a été M. Jean BAYLE,
  • celle de Grégy-sur-Yerres – AD77 cote 30Z196 – rédigée en 1889 par M. Léon GODIER, l'école a ouvert en 1850 et le premier instituteur a été M. LE DOUBLE,
  • il en est ainsi pour les autres communes...

Une autre source pour connaître l'histoire de la première école primaire publique de votre commune est celle des délibérations municipales. Je l'ai déjà écrit et j'insiste : ce document est une mine de renseignements concernant une commune.

Aux dépôts des archives de votre département, plusieurs séries peuvent vous donner des documents intéressants :

  • série O, la série communale : parfois un peu fourre-tout mais tellement enrichissante,
  • série T, la série concernant l'enseignement,
  • série P : le cadastre, cette série peut vous permettre de faire une recherche sur les propriétaires antérieurs des biens qui ont été achetés par la commune pour pouvoir construire les locaux (par ce biais, vous irez peut-être chercher dans la série Q ...).

Cet article n'a pas spécialement pour objet l'étude foncière de la première école primaire publique d'un village Elle peut être une histoire de ladite école vue par un document !