Au hasard de lecture de documents des archives départementales de Seine-et-Marne, sur le sujet de la Première Guerre Mondiale, bien sûr, j'ai eu dans les mains la cote 8R430 : listes des diplômés "Mort pour la Patrie"…

Dossier classique, mais lorsque je l'ouvre, je suis presque déçue. J'attendais, peut-être de découvrir un diplôme qui n'aurait pas pu être remis à son destinataire, ou encore, le déroulement d'une remise officielle, … Mais là, non rien que des listes, des pages et des pages de listes…

Le service de l'Administration principale des Armées adresse, dans de multiples courriers, dès 1921, des diplômes de "Mort pour la Patrie" au Préfet de Seine-et-Marne. Je pense que tous les préfets ont dû recevoir ces listes. Les préfets avaient pour responsabilité de remettre ces diplômes aux familles.

Les listes sont donc établies ainsi : noms et prénoms du soldat, son grade, son régiment, enfin, la commune où réside la personne à qui sera remis ce diplôme. Je ne regarde donc que deux noms de communes : Moissy-Cramayel et Seine-Port. Je retrouve les noms des soldats qui sont inscrits sur les Monuments aux Morts des communes, mais pas que…

Que ne suis-je étonnée de lire le nom de Ernest POMMIER, 2ème Canonnier, 116ème Régiment d'Artillerie Lourde, Moissy-Cramayel.

POMMIER Ernest

Pour vous, lecteurs qui ne connaissez pas ladite commune, cela n'interpelle pas. Mais pour moi, qui termine la rédaction d'un ouvrage sur les soldats du Monument aux Morts de la commune, c'est sidérant ! J'ai un souci : Ernest POMMIER n'est pas dans ma liste étudiée.

Oh, ce n'est pas faute d'avoir ratissé large :

- 36 noms sur le Monument aux Morts,

- 5 soldats nés dans la commune et sur d'autres Monuments aux Morts,

- 1 soldat Mort pour la France, né à Bordeaux (33) et enterré dans le cimetière de la commune, mais pas sur le Monument,

- 7 aviateurs Morts pour la France sur la piste d'aviation de la commune,

- 1 aviateur anglais, lui aussi d'un accident sur la poste d'aviation.

Et voilà que je trouve Ernest ! Vous vous doutez bien que j'ai fait des recherches. Pauvre Ernest ! Il est né dans l'Oise. Aîné d'une fratrie de trois enfants, il est âgé de dix ans lorsque son père décède. Sa mère vit avec un autre homme (même patronyme POMMIER) et a deux autres enfants. Au recensement de sa classe, celle de 1913, Ernest réside avec sa famille à Lévignen, dans l'Oise. Mais lorsqu'il part au régiment, toute la famille habite à Moissy-Cramayel en Seine-et-Marne.

Ernest passe de régiment en régiment et termine au 116ème Régiment d'Artillerie Lourde. Alors qu'avec son régiment il participe au soutien à la reconstruction, dans le Nord, il saute sur une mine allemande en juillet 1919.

Sa fiche "SGA" n'a même pas pu donné d'indication où a été adressée la transcription de l'acte de décès… Prochaine étape de mes recherches : obtenir l'acte de décès, sûrement établi dans la commune du Nord.

Après vérification, le nom d'Ernest POMMIER est bien inscrit sur le Monument aux Morts de Lévignen !

Cette découverte, par hasard comme je l'écris plus haut, me dit qu'il ne faudrait pas s'arrêter aux fiches SGA, que je préfère appeler fiches administratives des anciens combattants. Ces fiches sont incomplètes, manquantes, erronées, … Il faut donc les compléter avec l'étude d'autres documents ! Mais ça, c'est une autre histoire…