ZELLE Margaretha Geertrudia dite Mata-Hari

Une néerlandaise parmi d'autre ? Peut-être pas…

Margaretha Geertrudia ZELLE naît le 7août 1876 à Leuwarden, aux Pays-Bas. Elle est fille de Adam et Antje VANDERMELLEN. Elle est la fille aînée du couple, trois garçons naissent après elle. Son père, riche marchand de chapeaux, fait faillite en 1890. Ses parents se séparent alors. Est-ce la raison du décès de sa mère en 1891 et de la déchéance de paternité de son père ?

Toujours est-il que Margaretha est mise en tutelle chez un oncle, négociant à La Haye qui lui donne une bonne instruction en la faisant entrer dans un pensionnat huppé., de même que le directeur.

Le 11 juillet 1895 à Amsterdam, elle épouse le Capitaine Rudolf Mc LEOD, officier de marine, âgé de trente-sept ans. Elle le suit dans son affectation à Malang, une île de Java, dans les Indes néerlandaises. Margaretha accouche de deux enfants : Louise Jeanne et Normand-John. Suite à un scandale touchant son époux et une domestique, les deux enfants sont empoisonnés, seule Louise-Jeanne survit.

Sa vie tumultueuse commence dès le début de ses études d'institutrice à Leiden. Sa relation soupçonnée avec le directeur fait qu'elle est renvoyée. De retour aux Pays-Bas en 1902, le divorce est prononcé à La Haye, Margaretha obtient la garde de sa fille. Mc LEOD enlèvera sa fille…

Novembre 1903, Margaretha arrive à Paris. N'ayant pas de ressources, elle se fait appeler Lady Mc LEOD et est entretenue par les hommes du Paris de la Belle époque. Elle oscille entre être une courtisane ou une prostituée… En 1905, elle est embauchée au Nouveau cirque en tant qu'écuyère. Le directeur, Ernest MOLIER lui propose de devenir danseuse dénudée : c'est le début de son statut de danseuse orientale. Elle a le teint mat, un corps de rêve… La même année, Emile GUIMET fonde le musée GUIMET et invite Margaretha à venir s'exhiber chez lui. Son numéro de danseuse orientale exotique a un succès fou ! Elle a désormais un imprésario, Gabriel ASTRUC et elle dansera tout d'abord à l'Olympia, à Paris, puis partout en Europe. A Berlin, elle rencontre Alfred KIEPERT, qui sera son amant et pour qui elle restera quelques temps dans la capitale allemande.

Elle s'invente un passé : née à Java, père baron, mari, officier supérieur violent… Sa liaison avec Alfred KIEPERT met un frein à sa gloire de danseuse. En 1907, elle est obligée d'accepter des rôles peu reluisants et commence à se prostituer… De retour à Paris en 1910, elle a renoué avec le succès et séjourne au Château de la Dorée à Esvres, dans l'Indre-et-Loire. Elle devient la maîtresse du banquier Xavier ROUSSEAU. La guerre éclate en 1914, elle vend sa propriété de Neuilly et retourne s'installer dans un demeure lus modeste à La Haye. C'est là qu'elle rencontre le consul d'Allemagne Karl KRAMER, très intéressée par cette femme polyglotte introduite dans des milieux du pouvoir…

En 1916, de retour à Paris, elle s'éprend de Vadim MASLOV, capitaine russe. Elle est âgée de quarante ans, il en a vingt-et-un ! Blessé, Vadim est soigné dans un hôpital de campagne près de Vittel. Afin de pouvoir se rendre à son chevet, Margaretha obtient un laissez-passer et rencontre ainsi le Capitaine Georges LADOUX, chef des services de contre-espionnages français. En mars de cette année, elle embarque pour Madrid, en Espagne. Là-bas, elle est courtisée par de nombreux officiers alliés… Début 1917, elle rentre à Paris pour retrouver son amant, Vadim MASLOV. Elle réside à l'Hôtel Elysée Palace, sur les Champs-Elysées.

Margaretha n'est autre que la trop célèbre Mata-Hari… Le saviez-vous ?...

Margaretha Gertrudia ZELLE est fusillée pour "espionnage et intelligence avec l'ennemi à des fins personnels"  à Vincennes, le 15 octobre 1917… Sa fille, Louise Jeanne, la rejoint deux années plus tard, le 10 août 1919 à Gelderland, aux Pays-Bas… Son ex-mari, Rudolf Mc LEOD, remarié par deux fois, décède le 9 janvier 1928 à Gelderland… Margaretha n'a donc pas de descendance !