Point d'interrogation

Vous vous doutez bien que ma réponse est "oui" !... Chacun ayant son point de vue, voire, des sources différentes ou interprétées différemment…

L'article sur Louis Eugène ABBADIE

Je n'ai fait que relaté sa vie à partir des documents trouvés en ligne. Documents dignes de foi bien entendu… Pourtant, il a été écrit qu'il y avait des inexactitudes… Je m'interroge, car il ne m'a pas été précisé lesquelles. Comment peut-il en être puisque je ne me suis basée que sur des documents officiels ? Peu importe, cela reste MA version à partir de tous les documents que j'ai pu lire sur la toile, ainsi que la copie de la transcription de son acte de décès qui m'a été transmise par le service des archives de la commune de Montargis, dans le Loiret. Je poursuis ma quête sur cette affaire en allant consulter sa fiche matricule à Paris, des documents dont les cotes m'ont été données par les archives départementales du Loiret, voire même, d'aller sur place à Pierrefitte aux archives nationales… J'aurais plus de renseignements mais les textes ne changeront pas pour autant ! Quoi que, parfois, cela peut éclairer nos explications d'un nouvel angle et d'avoir une meilleure explication : affaire à suivre donc…

Autre article de 2017 sur Joséphine ALVAREZ

J'avais simplement cherché un dossier de fusillée et j'avais trouvé ce premier cas. Ce qui me manque, ce sont les actes de décès de ses parents et de son frère. J'aurais aimé savoir ce qu'ils étaient devenus après le jugement et l'exécution de leur fille et sœur… Mais, je n'ai pas de souci, je trouverai bien le moyen d'aller aux archives de Charente et Charente-Maritime pour lire d'autres documents… En tout cas, mon article a été lu et relu, a intéressé nombre de lecteurs. Alors, suite à une prise de contact avec une association de généalogie d'Angoulême, je me suis replongée dans cet article en faisant une recherche sur la toile. J'ai été très surprise de lire deux articles intéressant sur Joséphine ALVAREZ. Le premier, par un historien, ne me semble pas assez complet, mais ce n'est que mon sentiment. J'aurais aimé qu'en tant qu'historien, il fasse plus de recherches, des recherches que je n'aurais pu faire. Mais non ! Il faut dire qu'en tant que lecteur, nous en voulons toujours plus, nous aimerions tout savoir… Le second article que j'ai lu m'a impressionnée par le côté livresque. Je me pose la question de savoir comment l'auteur peut avoir mis autant de sentiments et d'impressions alors que personne n'a jamais rencontré Joséphine ALVAREZ, pas plus cet auteur que moi-même ou d'autres encore… La fin de cet article me laisse aussi perplexe : Joséphine a été fusillée pour espionnage et l'auteur demande presque une réhabilitation… Surprenant ! Certes, un siècle après, nous pouvons émettre des doutes sur certains jugements mais là, cela remet en cause les services de renseignements français et alliés pendant une période de guerre…

 Vous voyez bien que par ces deux articles que j'ai écrits et qui l'ont été par d'autres, les ressentis ne sont pas les mêmes. C'est ce qui, pour moi, est le plus important. Le lecteur reste maître de ses idées et de ses opinions. A lui de faire la part des choses, à lui d'aller chercher des informations complémentaires sur la toile, dans les dépôts d'archives, dans les œuvres écrites sur le sujet…

La chose importante est de respecter le travail de l'autre, de ne pas s'approprier LA bonne version. Si plusieurs ont écrit en ayant des opinions différentes c'est peut-être parce qu'il y a un doute légitime sur l'information !

Je poursuivrais donc dans ce sens chaque fois que j'en aurai la possibilité, par hasard ou par choix… J'aime découvrir une personne, un fait, par mes propres recherches qui me confortent parfois sur ce que j'ai lu, qui m'apportent d'autres pistes, qui me laissent aussi sur ma faim, quelques fois…