Une simple pierre tombale : SÉHET Adrien 1886-1937, membre des Gueules cassées, Médaille militaire…

En 1886, fils de Pierre Isidore SÉHET, trente-deux ans, ouvrier charpentier, et Maria Julia MERCIER, vingt-huit ans, couturière, Auguste Adrien est le quatrième enfant d'une fratrie de neuf, tous nés à Caudebec :

  • Mathilde Désirée, le 7 septembre 1879,
  • Fernand Etienne, le 1er février 1882, décédé le 15 mars 1882,
  • Fernand Albert, le 1er avril 1883,
  • Auguste Adrien, 1er février 1886,
  • Léonie Rose Marthe, le 22 février 1888,
  • André Maurice et Robert Marcel, le 9 mars 1889, André Maurice, décédé le 12 septembre 1889,
  • André Pierre, le 28 juillet 1891, décédé le 17 mars 1894,
  • Albert Louis Edouard, le 8 avril 1893, décédé le 8 août 1893.

Cette dernière naissance entraîne le décès de la maman d'Auguste Adrien. Maria Julia MERCIER décède le 27 avril 1893, laissant Pierre Isidore veuf avec cinq enfants à charge. Il semble évident que Pierre Isidore se remarie le 5 février 1894, à Caudebec, avec Marguerite Julia Maria CARON, vingt-neuf ans, célibataire. Auguste Adrien assiste à deux autres naissances, aussi dans le village :

  • Georges Fernand Marie, le 14 février 1895, décédé le 24 avril 1895,
  • Georges Pierre Adrien, le 4 février 1896.

 

Caudebec

Nouveau drame dans la vie d'Auguste Adrien : le décès de son père, le 22 juillet 1899. Auguste Adrien est alors âgé de treize ans !... Et puis la vie continue… Le 29 avril 1901, Marguerite CARON est témoin au mariage du côté de Mathilde. Cela laisse à penser que les enfants de Pierre Isidore, ceux issus de son premier mariage, sont restés sous son toit… Les recensements de population n'étant pas en ligne, cela reste une supposition et non une certitude. Le subrogé tuteur est Jules SÉHET, leur oncle, (source fiche matricule de Robert Marcel).

Henri Delphin Pierre DUJARDIN est incorporé au 36ème Régiment d'Infanterie le 16 novembre 1896. Promu Caporal le 21 septembre 1897, il est réformé pour raison de santé – lésion valvulaire rhumatismale – par la Commission de réforme spéciale de Caen, le 25 juin 1898.

Le 29 avril 1901, à Caudebec, Henri Delphin DUJARDIN, vingt-six ans, courtier en farines épouse la sœur aînée d'Auguste Adrien, Mathilde Désirée. Le couple s'installe à Paris, dans le 14ème arrondissement. Rappelé à l'activité par l'Ordre de Mobilisation générale, Henri Delphin Pierre est appelé à rejoindre le 24ème Régiment Territorial d'Infanterie le 27 juillet 1915, il y arrive le 31 et mis en congé illimité de démobilisation le 12 avril 1919. Il est âgé de 43 ans 10 mois et 16 jours…

Jules Edouard SÉHET, son cousin germain, est incorporé au 74ème Régiment d'Infanterie le 16 novembre 1900. Soldat musicien le 26 septembre 1901, il est renvoyé dans ses foyers le 19 septembre 1903 avec le certificat de bonne conduite. Rappelé à l'activité par l'Ordre de Mobilisation générale, il rejoint son régiment. Il est classé en service auxiliaire pour raison de santé – hypertrophie cardiaque – le 10 novembre 1914. Jules Edouard passe au 129ème R.I., le 1er juillet 1915 et, le 5 août 1915, la Commission de Réforme du Havre le juge "bon pour le service armé" !  Il intègre le 403ème R.I. A partir du 10 février 1917, il sera détaché au service de la navigation du Port de Rouen pour être mis en congé illimité de démobilisation le 10 mars 1919. Il décède le 29 octobre 1921 à Caudebec, alors âgé de 41 ans 1 mois et 24 jours…

Fernand Albert SÉHET est incorporé au 74ème Régiment d'Infanterie le 16 novembre 1904. Sourd, il est réformé par la Commission spéciale de Rouen, Seine-Maritime, le 3 février 1905. Il ne participe pas à la Guerre étant maintenu réformé, décision maintenue par la Commission de Réforme de la Seine-Inférieure le 6 avril 1917. Le 2 décembre 1906, à Rouen, il épouse Eugénie Suzanne ANFRIE.

Robert Marcel SÉHET est tout d'abord ajourné pour santé fragile. Classé dans le service auxiliaire, il est incorporé au 21ème Régiment d'Infanterie le 8 octobre 1911 et renvoyé dans ses foyers le 25 septembre 1913, avec le certificat de bonne conduite. Rappelé à l'activité par l'Ordre de Mobilisation et maintenu dans le service auxiliaire, le 9 octobre 1914, par la Commission spéciale de réforme de Bernay. Le 1er octobre 1916, il est affecté à la 9ème Section d'Infirmiers militaires à Châteauroux, dans l'Indre, puis à la 3ème Section d'Infirmiers militaires le 26 février 1919 avant d'être mis en congé illimité de démobilisation le 1er août de la même année.

Georges Pierre Adrien SEHET, le demi-frère d'Auguste Adrien, est de constitution générale trop faible : il est réformé d'office. Maintenu dans cette situation par les différentes commissions de réformes. Il ne participe pas à la 1ère Guerre Mondiale.

La vie est bien cruelle… Orphelin, Auguste Adrien part à la guerre, lui aussi, mais il ne sera pas épargné !...