Certains sont inscrits sur le Monument aux Morts, c'est justifié… Cependant, ils n'apparaissent pas dans le Livre d'Or de la commune…

Marcel Charles Emile AMIOT naît le 22 mai 1890 à Saint-Denis, Seine-Saint-Denis. Il est fils de Moïse Marcel Emile, vingt-neuf ans, sellier, et Clémence Adèle SELLIE, trente-neuf ans, blanchisseuse. Il s'engage à la mairie du 8ème arrondissement de Paris, le 30 mars 1908, pour les Equipages de la Flotte à Cherbourg. Sa fiche de recensement de la commune de Saint-Denis indique que c'est à long terme, pas de durée précise. Cependant, le 7 mars 1914, à Seine-Port, il épouse Germaine Emma GUEFFIER.

Son acte de décès a été transcrit à la commune de Brest, dans le Finistère. Mais le nom de Marcel Charles Emile n'est inscrit dans aucun livre d'or des Morts pour la France : ni celui de Saint-Denis, ni celui de Brest, encore moins celui de Seine-Port. La commune l'honore malgré tous ces manques administratifs !

Jules Joseph BONNET naît le 4 octobre 1885 à Corbeil, dans l'Essonne. Il est fils de Jules Georges, vingt-neuf ans, menuisier, et Clémentine Laure PIQUET, vingt ans, sans profession. Il est l'aîné d'une fratrie de cinq enfants : Célestine, née en 1888, Marguerite, née en 1890, René, né en 1893 et Lucien né en 1895. Il épouse Fernande Honorine GUEFFIER, le 20 mars 1909, à Seine-Port. Deux ans plus tard, le 29 janvier 1911, naît leur fils, Raymond Jules.

La famille s'installe à Villeneuve-Saint-Georges, ancienne Seine-et-Oise, le 28 juillet 1912. Rappelé par l'ordre de Mobilisation générale du 1er août 1914, Jules Joseph rejoint le 76ème Régiment d'Infanterie. Il est porté disparu le 10 janvier 1915, le lieu n'est pas réellement connu.

Clémentine Laure est retournée vivre auprès de la famille à Seine-Port. Un premier jugement, celui du Tribunal civil de Melun, le 6 janvier 1918, reconnaît le statut de "Pupille de la Nation" de Raymond Jules, orphelin de père du fait de la Guerre. Puis, le 9 décembre 1920, le Tribunal civil de Corbeil, Essonne, le déclare décédé, au même jour, à La Montagne Neuve, près de Crouy, dans l'Aisne.

Résidant à Villeneuve-Saint-Georges, au moment du début de la Guerre, Jules Joseph BONNET est inscrit sur la Liste d'Or de cette commune. Sa veuve résidant à Seine-Port au moment de l'érection du Monument aux Morts, c'est tout naturellement que les élus ont décidé d'inscrire le nom de Jules Joseph BONNET.

MPLF seine-port 2

BRAULT Georges Jean Joseph Louis naît le 22 août 1881 à Melun, en Seine-et-Marne. Il est fils de Aristide, vingt-sept ans, menuisier, et Françoise Célestine TEMPOREL, dix-sept ans, sans profession. Au recensement de sa classe, 1901, Georges réside à Seine-Port, chez son père ; il exerce la profession de menuisier. Tout d'abord ajourné pour raison de santé, il est incorporé au 31ème Régiment d'Infanterie, à Paris, le 14 novembre 1904. Il est envoyé dans la disponibilité le 23 septembre 1905 avec le certificat de bonne conduite.  Le 8 mars 1909, à Corbeil, en Essonne, Georges Jean Joseph Louis épouse Blanche Lucie PRIÉ ; le couple s'installe 11, place Saint Léonard, à Corbeil.

Rappelé à l'activité par l'Ordre de Mobilisation générale du 1er août 1914, Georges Jean Joseph Louis rejoint son régiment le 11 août suivant. Il décède dans l'ambulance n° 1 à Elverdinghe, en Belgique, le 4 février 1915. Résidant à Corbeil avant son départ pour la guerre, Georges Jean Louis Joseph est inscrit sur le livre d'or des Morts de cette commune. Il n'est cependant pas inscrit sur le Monument aux Morts de Corbeil, ni sur celui de Melun, son lieu de naissance, mais bien sur celui de Seine-Port où résidait son père, Aristide.

DUMANT Léon naît le 19 novembre 1880 à Paris, dans le 3ème arrondissement. Il est fils de Léon, trente-trois ans, épicier, et Victorine SAMSON, vingt-quatre ans, épicière. Le 8 mars 1906, à Paris, 10ème arrondissement, il épouse Jeanne Emilie RODIER. Soldat de 2ème classe au 246ème Régiment d'Infanterie, Léon décède des suites de ses blessures à Ablain-Saint-Nazaire, dans le Pas-de-Calais. L'acte de décès a été rendu par jugement du Tribunal de la Seine et transcrit sur les registres de la mairie du 10ème arrondissement à Paris. Il n'y aucun document en ligne permettant d'expliquer la présence de son nom sur le monument aux Morts de Seine-Port.

Sur beaucoup de Monuments aux Morts de France et de Navarre, les noms de soldats Mort pour la France sont gravés. Quelles en sont les raisons ? Parfois, ces raisons ne semblent plus, de nos jours, justifiées. Les municipalités de l'époque en ont jugé autrement !...