Il est amusant de constater que certains se prévalent d'être une ancienne famille dans une commune… Mais, quelle ancienneté ?...

Anciens de MoissyEn effet, cela fait peut-être bien de dire à ceux qui sont arrivés dans les années 80 dans une commune que "Moi, je suis d'une famille ancienne de la commune ! Je suis né(e) ici !"  De fait, ils se sentent respectés, ils ont l'impression d'avoir une plus-value à leur présence dans la commune mais qu'en est-il réellement ?...

Je prends l'exemple d'une commune que je connais très bien : celle de Moissy-Cramayel, en Seine-et-Marne. Je suis venue habité ici en 1985. Certes, aujourd'hui cela commence à faire un certain nombre d'années, mais… qu'une trentaine. D'autant que j'habite, aujourd'hui, dans une autre commune proche.

 

Donc, pour certains habitants, je suis une jeunette dans la commune… Mais, jusqu'à quel point ? Qu'ai-je de si différent que les autres ?...

La principale différence est que mes parents ne sont pas nés dans la commune ! Mais leurs parents, à ces "anciens" depuis quand habitaient-ils la commune ? Etaient-ils natifs depuis quelques générations de la commune ?... Non ! Je n'arrête pas de le dire, cette terre de Brie est une terre de transit : la main d'œuvre est venue de partout : l'Est, le Centre, le Nord, l'Ouest, la Belgique, la Pologne, etc.

Toute cette main d'œuvre est arrivée dans les années 1920, pour la main d'œuvre dont la descendance réside toujours à Moissy. Une grande, une forte majorité de cette main d'œuvre est venue de la Nièvre. D'autre d'Afrique du Nord, des Ardennes, de l'Aisne, ou encore du Cantal, je parle là des "anciennes" familles"… Enfin, celles qui se désignent comme telle !

Les BAUJARD sont arrivés à la fin du 17ème siècle, il n'en existe plus dans la commune aujourd'hui…

Il y a des familles qui étaient présentent au 18ème siècle et qui ne le sont plus aujourd'hui : les ALQUINET, les AUBEL, les BACHELIER, les BAUDOIN, les BELESME, les BERTRAND, …

Donc, les anciennes familles sont des familles du 20ème originaires de province… En ancienneté, il y a deux générations, pas plus, parfois moins d'ailleurs…

C'est comme dans le travail : l'ancienneté s'acquiert au fil des années… L'expérience aussi ! Mais, dans le cas d'une commune, quelle expérience ? Celle de dire "de mon temps…" ? Tout le monde peut le dire de son village ou de sa ville d'origine ! Ce n'est pas pour autant que ces anciens partagent, apportent leur contribution à faire connaître leur village ancien… Ils gardent tout et, parfois, pour se faire valoir – là encore – ils disent "vous n'avez pas parlé de ça ou de ça…" bien sûr je n'en ai pas parlé ! Mais lorsque je fais appel aux Anciens, ils détournent le regard, ils font comme s'ils n'avaient pas d'archives… Ils veulent garder leur "ancienneté"…

Je leur pose juste une question : où résident leurs enfants, leurs descendances aujourd'hui ? Seront-ils les anciens de demain ? Ou bien, est-ce que les jeunes d'aujourd'hui seront, eux, les anciens de demain ?... Je vous laisse réfléchir…