Mata Hari espionne, tout le monde la connaît, mais les espionnes du temps de guerre, du temps de cette terrible Première Guerre Mondiale, qu'en est-il ?...

Le Conseil de Guerre permanent de la 11ème Région siège le 24 janvier 1918 pour statuer sur le sort à venir de quatre personnes : un fantassin, un matelot et deux femmes.

jugement

 - Le fantassin est absent : il n'a pas jugé bon de se présenter. Il sera donc jugé par contumax.  Paul Xavier PELISSIER, fils d'Antonin Paul et de Madeleine CARBUCCIA est né le 21 juin 1890 à Salon, dans les Bouches-du-Rhône. Avant d'être appelé sous les drapeaux pour partir à la guerre, il était élève pharmacien… instruit donc ! Il est soldat au 141ème Régiment d'Infanterie.

- Le matelot, Gustave Roger Charles GITTON, fils de Léon Théophile et de Marie Augustine, est né le 1er juin 1892 aux Sables d'Olonne, en Vendée. Lui, avant la guerre, était cuisinier. Il est matelot au 4ème Dépôt des Equipages de la Flotte.

- La troisième personne à comparaître est Joséphine Augustine Manuela ALVAREZ, fille de Louis Manuel et Marguerite Louise SIMON. Elle est née le 4 juin 1877 à Cognac, en Charente. Avant d'être arrêtée elle demeurait au Château d'Olonne et exerçait la profession d'artiste lyrique ainsi que celle de sous maîtresse de maison de tolérance. Joséphine Manuela est reconnue comme ayant vécu "de galanterie, de vols, spécialement d'entôlages et d'escroquerie. Cette femme avait été, en outre, introduite dans les milieux anarchistes et libertaires par un de ses amants, le nommé MORICET affilié à la bande à BONNOT".

-  La quatrième et dernière personne est Victorine FAUCHER. Elle est née le 6 octobre 1892 à Périgueux, en Dordogne, de Marie FAUCHER et d'un père non dénommé. Elle n'a pas de domicile fixe mais déclare aussi être artiste lyrique. Victorine vivait aussi principalement "de galanterie et d'entôlage". Elle avait été introduite dans les milieux libertaires par un nommé VALET, aussi de la bande à BONNOT. "Elle avait, en 1914, travaillé pendant quelque temps pour le Bonnet Rouge".

Les deux militaires n'ont jamais été condamnés, par contre Joséphine l'a été trois fois et Victorine une fois ! L'objet de la présence des quatre inculpés est "Intelligence avec l'ennemi". C'est une accusation très grave, surtout en temps de guerre.

L'heure est grave. Le Ministère public demande au Conseil de requérir au huis clos alléguant que la publicité faite autour des débats pourrait entraîner un désordre public. Le Conseil interdit même le compte-rendu de l'affaire par l'application de l'article 113 du Code de Justice Militaire. La salle est donc évacuée.

 Quels liens peuvent attachées ces quatre personnes ?... Affaire à suivre… Cet article et les suivants peuvent compléter celui-ci http://guillotine.cultureforum.net/t2346p30-espionnes-fusillees-josephine-alvarez-victorine-faucher