Sur le site Mémoire des Hommes, une recherche au patronyme MENOT, avec l'option "né dans l'Aisne" me donne deux réponses… Vous vous doutez bien que, pour moi, ce sont deux de trop… Le premier, Alfred, n'apparaît pas dans notre généalogie, il me faudra "fouiner" un peu, par contre Emile Arthur, il est bien là, enfin, il était…

Aux Morts de la 40ème D.I. (c) C. MENOT

Le 2 mars 1891, Emile Arthur MENOT naît à Belleu, dans l'Aisne. Il est fils de Jules Théodore, trente-deux ans, peintre, et Félicie Augustine LANGLET, vingt-huit ans, sans profession. En fait, sa mère est domestique mais Emile est le dernier enfant d'une fratrie de quatre :

Après luis naissent, toujours à Belleu :

La famille vit dans le petit village de Belleu, commune proche du chef-lieu du Département, Soissons. Et puis la Guerre arrive !

Cheveux châtain, yeux verts, de petite taille : 1,58 m, Emile Arthur est incorporé au 54ème Régiment d'Infanterie le 10 octobre 1912. Il est blessé le 6 septembre 1914. Versé dans le service auxiliaire lors de son service militaire, son fère, Julien Eugène est jugé "Apte au service" par la commission de réforme de Vincennes (94), le 1er février 1915. Il rejoint le 67ème Régiment d'Infanterie. Il est fait prisonnier le 24 avril 1915 à Bois Loclont ; il est interné au camp de Würzburg, en Allemagne. Pendant ce temps, Emile Arthur, "Brave et dévoué soldat", tombe pour la France le 28 avril 1916 au Morthomme, dans la Meuse. Il est âgé de 25 ans 1 mois et 26 jours !

Le seul fils à rentrer à la maison sera Julien Eugène qui est rapatrié le 19 décembre 1918.

Emile Arthur reçoit, à titre posthume, la Médaille militaire, le 29 janvier 1921. 

 

(c) Christiane MENOT

MENOT Emile Arthur, un Mort parmi tant d'autres… Mais, il est de notre généalogie; oh, pas de notre lignée directe, mais au moins celle patronymique…