Le chiffre 6

Quel défi ! C'est un vaste sujet le chiffre 6, hormis le satané 666, je n'ai pas vraiment d'envie sur ce thème. Alors, je poursuis mon sujet favori : la Guerre 1914-1918 ! Le site Mémoire des Hommes est, à ce sujet, plus qu'utile grâce aux différents choix de recherche. Je remplis donc la cellule date de naissance, jusqu'à ce que je puisse trouver un soldat qui serait né, au moins le 6 juin et l'année se terminant par 6 et qui, de plus, serait décédé en 1916 ! J'ai trouvé…

 

Claude Joseph Vincent RIVALS naît le 6 juin 1876 à Latour-de-France, dans les Pyrénées-Orientales, fils de Joseph Potens Jacques, vingt-neuf ans, cultivateur, et Marianne Bonaventure DURANT, vingt-neuf ans, sans profession.

Il est orphelin par le décès de son père, le 6 février 1891, puis celui de sa mère, avant 1896 – passé 1892, les archives ne sont pas en ligne. En 1901, les recensements de la commune de Latour-de-France indiquent que François, vingt-et-un ans, André, vingt ans, Louise, quinze ans, et Bernadette huit ans, tous RIVALS, demeurent chez Pierre et Denise COURTADE. Ils sont enregistrés en tant que neveux et nièce. Cela correspondrait à François, né en 1874, Claude, né en 1876, Louise, née en 1881 et Bernardine, née en 1888. Pourquoi n'y-a-t-il pas Pierre né en 1884 ?... ce dernier est décédé en 1959 !

Au recensement de la classe 1896, il est demeure à Latour-en-France où il exerce la profession de cultivateur. Sa fiche matricule le décrit cheveux noirs aux yeux marrons et mesurant … 1,66 m.

Il est incorporé le 15 novembre 1897 et rejoint le 14ème Bataillon de Chasseurs à pied. Il est nommé Chasseur de 1ère classe le 15 novembre 1900 et est envoyé dans la disponibilité le 23 septembre suivant. Service militaire classique !

Sa fiche matricule indique qu'il demeure à Tarascon (13), au mas de Près, chez M. MARSAL, en 1904. Mais résidant depuis peu à Beaucaire (30), au mas du Grand Gatis, il est rappelé à l'activité par l'Ordre de Mobilisation du 1er août 1914 et rejoint son régiment d'attache le 126ème Régiment d'Infanterie territoriale. Le 19 août, il embarque, avec ce dernier, pour Bizerte, en Tunisie. Il n'y a pas de Journal de Marche et des Opérations pour connaître la vie du régiment…

Il décède de maladie à l'Hôpital militaire de Sousse, ville portuaire au sud-est de la Tunisie, à 213 kilomètres, environ de Bizerte. Décédé en service, il est reconnu "Mort pour la France"

L'acte de décès est adressé à la commune de Latour-de-France le 24 avril 1916.

Claude Joseph Vincent RIVALS aura eu beaucoup de "6" dans sa vie : né un 6 juin, dans le département 66, de la classe 1896, son dernier régiment est le 126ème et il décède en 1916…