Oui, ne jamais oublier que, sur internet, tout se trouve, ou presque…

Giverny 024 - 3

1 - Il est important d'être constant dans ses propos ! Je sais qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis mais tout de même…

Contactée par courriel il y a quelque temps sur ce qu'est le réseau UPro-G, je me suis vue presque invectivée, voire bannie par d'autres généalogistes professionnelles m'affirmant que jamais au grand jamais ils n'adhèreraient à un syndicat. Mais, soyons clair sur un point, le réseau UPro-G n'est pas un syndicat ! C'est une RÉSEAU ! Alors pour les pointilleux, voici une, j'écris bien "une" car il y en a plusieurs, définition, celle qui nous correspond : "ensemble des personnes travaillant pour la prestation d'un service". C'est-à-dire que tout membre de notre réseau travaille avec les mêmes convictions, le même sérieux et les mêmes motivations. Point de syndicat où il faudrait régler une cotisation et se sentir obliger de militer !... Mais, les mauvaises personnes y voient là le fait d'être menotter à une idée, à une cause ! Que nenni !

Cependant, à force de lectures et de recherches – mes vingt années au service d'un organisme de renseignements m'ont bien "déformée" – je suis "tombée" sur deux articles d'une même personne et surtout deux articles contradictoires. Cette personne-même qui s'était permise, par une autre interposée, de me critiquer sur le réseau UPro-G !

Donc, cette personne adhérente d'un syndicat, se sent une âme de militante, étonnant lorsque je relis les échanges que nous avons eus. Mais, c'était avant ! Eh oui, l'expression "femme varie" est sûrement vraie car, dix années plus tard, cette même personne explique dans un article qu'elle n'est pas et ne veut pas être syndiquée ! Louable, je suis d'accord sur ce principe, mais cette personne aurait pu ou dû expliquer pourquoi son revirement sur le sujet. Que l'on change d'opinion, c'est l'évolution de nos réflexions, mais il ne faut pas être catégorique lorsque l'on dit le contraire de ce que l'on a écrit quelques années plus tôt !

2 – La triche, le mensonge, tout se sait, tout se lit ! Comment les tricheurs peuvent-ils penser un seul instant que cela ne se verra pas ? Les gens qui savent lire, lisent et, surtout, retiennent. Beaucoup ont une mémoire infaillible !

Pourquoi tricher ? Pour faire croire que notre incompétence n'est pas visible ? Pour gagner ? Mais pour gagner quoi ? Gagner que ceux qui ont remarqué cette tricherie ne nous feront plus confiance. Que ceux-là même nous critiqueront, ne manqueront pas un seul instant la faille de nos propos, de nos écrits, de notre travail !

Je fais partie de ceux qui sont honnêtes, parfois peut-être un peu trop. Alors, lorsque je m'engage à quelque chose, je le fais avec honnêteté. Et si, je n'y arrive pas, je le dis clairement ; j'explique les raisons de mon abandon. Il n'y a aucune honte à s'engager dans une tâche longue et fastidieuse et de dire que l'on n'y parvient pas. Souvent, cela va entraîner les encouragements de notre entourage et, justement, de poursuivre la démarche au lieu d'abandonner ! La franchise paie, à n'en pas douter. Il y a, de nos jours, trop de trahisons, de malhonnêteté. Les gens en ont assez de tout cela, il n'y a qu'à regarder les Français et la politique !

Notre image ne s'arrête pas à la porte de notre bureau, elle va bien au-delà ! Quoique l'on écrive, sur une page personnelle d'un réseau social, où sur une page pro d'un même réseau, sur nos blogs, dans les journaux, dans nos livres, nous sommes vus, découverts mais surtout observés ! Il faut donc toujours être vigilent comme il est écrit sur le Blog d'une généalogiste…

3 – Pourquoi écrire sur un blog ?

Ma première réponse est : pour le plaisir ! Si écrire devient une obligation, alors, il faut absolument laisser tomber. Certes, l'écriture que ce soit d'ouvrages ou d'articles, cela prend du temps. Il faut de l'inspiration, il faut prendre le temps de s'y mettre, de réfléchir devant cette page blanche qui nous appelle mais qui ne se remplit pas toute seule.

Il est vrai que l'inspiration peut venir d'autres articles lus çà et là, d'autres échanges sur les réseaux sociaux, de conversations avec des amis, des membres de sa famille, d'une émission écoutée à la radio ou vue à la télé, … Bref, l'inspiration est partout. Mais, lorsque nous sommes inspirés à partir de l'article de quelqu'un d'autre, d'un journal, d'une émission de télé, il me semble nécessaire de toujours citer le point de départ, sauf, si vous sentez que de nommer directement votre source pourrait nuire à cette même personne. Lorsque j'écris nuire, j'entends par là exposer cette personne à la vindicte générale. Alors, là, il vaut mieux en parler discrètement, mais toujours dire tout de même que nous n'avons pas l'originalité du sujet. C'est important ! J'aime et j'applique ce proverbe latin "Quae sunt Caesaris, Caesari", c'est-à-dire "Il faut rendre à César ce qui est à César". C'est notre obligation d'honnêteté et de franchise vis-à-vis de nos lecteurs.

Je me rends compte que j'ai été un brin "moralisatrice", que, peut-être vais-je être prise moi-même en défaut. Mais pas de souci, j'assumerai et je m'en expliquerai… Je ne suis pas parfaite et espère ne l'être jamais ! Je veille simplement à être honnête sur le net et dans ma vie, se remettre en question n'a jamais fait de mal à personne…