Réponse du B.A. BA du généalogiste : mêmes ascendants, à un moment ou à un autre…

Donc, le premier principe, avoir des ancêtres en commun prouve que nous sommes de la même famille. Jusque-là, je suis totalement d'accord. C'est une bonne et vraie raison. Donc, pas besoin d'avoir le même patronyme ! En effet, si nous avons le même patronyme cela signifie que nous descendons de père en père à partir de nous, et, dans le cas contraire, c'est que le lien familial nous vient d'une femme. Vous suivez ?

Pour ma part, j'aime trouver, de nos jours, des personnes avec qui je cousine et qui n'ont absolument pas le même patronyme de naissance que moi. Cela nous fait un lien biscornu mais c'est amusant. Je vous donne mon exemple.

Dans les années 1990, j'ai "dépouillé" la commune dans laquelle je résidais : Moissy-Cramayel (77). Sur un acte de naissance des années 1890, je "tombe" sur un RAVIGNOT qui épouse une DEVIENNE. Un mariage, rien d'étonnant, sauf que, alors que je lis le mariage, cette DEVIENNE arrive de Vailly-sur-Aisne (02). Mes souvenirs reviennent à la surface et je me rappelle avoir entendu ce nom dans certaines conversations familiales. De retour chez moi, j'appelle notre tante et lui demande "Est-ce que DEVIENNE cela te parle ? – Que oui ! Ce sont des cousins de ton père (aléatoirement son frère mais treize années les séparent) – Pourrais-tu demander à Mamie si RAVIGNOT cela lui dit quelque chose ?" Ma grand-mère est de 1905, ses idées n'étaient pas toujours très claires mais là, stupéfaction avec la réponse "Ben oui, ce sont des cousins !". Cela faisait treize ans que j'habitais là et jamais ma grand-mère ne m'avait dit que nous y avions de la famille ! Deux demoiselles DEVIENNE, cousines germaines de notre grand-père paternel, ont épousés deux RAVIGNOT. Bon, et alors… Alors ? Ces RAVIGNOT sont les cousins germains de la grand-mère d'une amie que je vois tous les vendredis, voire même plus… Du coup, je suis heureuse de connaître une cousine, un peu par des chemins détournés mais nous sommes cousines avec des origines totalement différentes !

Famille

Autre source de lien familial : lorsque je travaille sur une commune, je lis les actes du début à la fin et je rentre dans notre généalogie toutes les personnes qui ont un lien, à partir d'un mariage, ou de naissance. Cela me permet de ne pas avoir à refaire une recherche ultérieurement pour les collatéraux. Alors, cette généalogie étant sur internet, je reçois des courriels me disant que nous sommes cousins. Je dois faire des déçu(e)s car, parfois, je ne peux leur expliquer comment nous cousinons car c'est le cousin de. qui a épousé la cousine de. elle-même cousine de. là, cela devient plus que compliqué. Mais ces personnes sont heureuses d'avoir des pistes pour pouvoir poursuivre leurs recherches et c'est le plus important !

Bien, là, j'ai parlé de lien familial infaillible : les documents d'état-civil qui prouvent que nous sommes nés, nous nous sommes éventuellement mariés et nous sommes décédés. Mais il existe un lien bien plus infaillible : le physique ! Lorsque vous voyez mes filles, vous me voyez. Lorsque vous me voyez, vous voyez notre grand-mère maternelle ! Parce que ce qui est du physique des personnes de la famille qui portent mon patronyme, le cousin germain de notre père, Jacques sait de quoi je parle, cela se complique… En effet, ils sont quasiment tous bruns aux yeux bleus et… roulement de tambour… je suis brune aux yeux marrons ! Donc, le physique !...

Et puis, sommes-nous sûrs de notre ADN ? Est-ce que les pères à l'état civil étaient les pères biologiques ? Nul ne saura jamais pour le passé, le présent cela peut être plus simple, je dis "peut-être". Je lis ça-et-là nombre de personnes adoptées à la recherche de leurs parents biologiques. Je ne suis pas sûre de bien comprendre cette quête, longue et souvent difficile. Humainement cela embrouille tout : les parents présents qui ont donné tout ce qu'ils avaient pour le bonheur de cet(te) enfant adopté(e), cet(te) enfant qui cherche qui il/elle est, ces parents biologiques qui ne veulent peut-être pas être retrouvés…La vie est si compliquée !... Mais les enfants adoptés ont besoin de réponses ces réponses même qui ont poussé tout généalogiste amateur à partir à la quête de ses ancêtres. Il y a tant et tant de raisons, nous avons NOS raisons qui ne sont pas celles du voisin…

Pour finir, je vais vous faire sourire. L'an passé, le petit Léon, adorable petit neveu, me faisait visiter la maison que ses grands-parents – mon frère et ma belle-sœur – avaient louée. Et puis, au détour de la conversation et de la visite, il me dit : "Tu sais, Papilou ronfle, et Mamilou elle aime pas quand il ronfle !" A quoi je réponds "Tiens, moi aussi je ronfle !". Et là, la chute est infaillible "Ah, c'est pour ça que tu es la sœur de Papilou : vous ronflez tous les deux !". Voilà un lien familial qui restera encore longtemps…