http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.manage&bid=1456254#

Est-il nécessaire de toujours revoir les photos de nos parents , de nos amis, de nos relations pour nous souvenir ?... Pas toujours !

Lorsque notre esprit vagabonde, il s'en va là où nous ne pensions pas aller… Parfois, un regard, un objet, une publicité, une fleur, et hop ! les souvenirs nous envahissent, le passé devient le présent.

Un regard… Vous croisez le regard d'un étranger, ou d'une étrangère, et pourtant, le visage vous semble familier. Pourquoi ? Parce que ce n'est pas seulement le regard, c'est le visage, c'est la coiffure, c'est la façon d'être qui fait que celui ou celle qui est devant vous vous rappelle un évènement que vous avez déjà vécu avec une personne qui vous était chère.

Je prends pour exemple cette publicité avec Alain Delon, oh, pas le Alain Delon d'aujourd'hui, celui de sa jeunesse. Eh bien, cette photo m'a renvoyé à l'âge de mes vingt ans. J'ai croisé, à l'époque, un homme qui aurait pu jouer son sosie. Cet homme en jouait d'ailleurs beaucoup auprès des femmes… Aujourd'hui, comme nous tous, il a vieilli et la ressemblance n'existe plus. Mais, cette publicité m'a permis de me rappeler les bons moments que j'avais connus : les soirées en boîte de nuit, les matchs de volley-ball, les longues discussions, bref, les souvenirs…

kinou petite

Autre souvenir… Je fais partie d'un groupe sur Facebooktm  , un groupe d'anciennes militaires et l'une d'elles a lancé un challenge : poster de nous une photo de notre petite enfance. Je participe, bien entendu ! J'ai donc publié deux photos de moi, la première je dois avoir deux ans, et je captive l'attention d'un groupe de militaires – la photo a dû être prise en Algérie ou au Maroc –, la seconde, je suis dans une caisse de bouteilles, je suis un peu plus âgée, cette photo-là, je la situerai en Allemagne, quelques années plus tard. Ces deux photos m'ont replongée dans une époque dont je ne parle pas : je ne m'en souviens pas ! En fait, je crois ne pas m'en souvenir puisque lorsque je vois ces photos, je sais où j'étais ! Il n'y aucune annotation, personne pour me le dire, mes parents sont décédés ! Mais le simple fait de regarder la photo entraîne les souvenirs à affluer.

De même, passez une soirée avec une amie d'enfance et d'adolescence, celle qui n'a jamais quitté la commune où vous résidiez à l'époque. Elle, elle se souvient de tous les noms, enfin, presque tous, tous ceux qui ne sont pas partis ! Mais vous ? Le trou noir ? Pas tant que cela… A la fin de la soirée, les noms reviennent à votre mémoire et lorsque vous vous couchez, ils continuent…

Et cette fleur ? Cette fleur séchée qui est là, posée dans une coupelle chez ces personnes qui vous reçoivent. Cette fleur qui vous rappelle celle que vous avez glissée dans un livre… Lequel ? Pour l'instant, ce n'est pas l'important ! L'important c'est pourquoi vous l'aviez glissée dans ce livre. C'est la première rose rouge que l'homme de votre vie vous a offerte ! C'est peut-être même d'ailleurs la seule qu'il vous a offerte ! Mais vous savez où, quand et pourquoi ! Voilà l'importance de cette fleur séchée dans cette coupelle… Elle vous rappelle le premier bonheur, celui qui en voit se succéder beaucoup d'autres. Alors… Ce livre ? Mais si, vous allez vous en souvenir, peut-être pas ce soir mais dans la nuit, ou demain, ou encore un autre jour, mais vous allez vous rappeler ce titre et allez toucher cette rose séchée…

Bien sûr, il n'y a pas que les bon et beaux moments qui peuvent venir à notre esprit, mais les mauvais reviennent avec seulement de l'amertume, du regret, de la tristesse… Mais ces sentiments-là ne seront que passagers, ils appartiennent au passé, à ce présent que l'on ne peut plus modifier, que l'on ne peut plus arranger, que dans notre mémoire.

Pour moi, les mauvais moments qui surgissent d'on ne sait où, me permettent de savourer tous ces instants présents. Je me dis régulièrement que "sans ces difficultés-là, je ne connaîtrai pas le savoureux présent que je vis". Alors, même s'ils reviennent parfois me hanter, par un objet, par une image, par un film, je les laisse me hanter, mais pas trop longtemps. Je les laisse me rappeler que la vie n'est pas toujours drôle ni rose, mais que c'est la vie !

Le plus important, dans ce présent qui m'emmène vers le passé, est que je prépare mon avenir ! Mais oui, il n'y a pas d'âge pour avoir un futur… C'est ce futur qui, au final, est important ! Ce futur fera que le présent d'aujourd'hui sera le passé de demain et m'entraîne toujours plus loin, le plus loin possible…