Non, pas comme l'a imaginé Patrick Bruel ! Nous ne nous étions rien dit du tout !

Il y aura 41 ans le 22 avril prochain, il y a beaucoup plus pour certaines, beaucoup moins pour d'autres, mais nous avons toutes eu le même bonheur de nous rencontrer. Seulement, ce n'est pas si simple…

Comme dans la chanson de P.B., j'ai hésité, un pas en avant, un en arrière. J'y vais, mais qu'est-ce que je vais y faire ? Qui vais-je rencontrer ? Bon, alors j'y vais pas ! Mais, aurais-je le regret de ne pas y être allée ? IL n'y a eu qu'un pas à franchir : celui de m'inscrire auprès d'Elisabeth notre organisatrice. Après, je me suis laisser vivre…

Seulement, hier matin, il a bien fallu se rendre à l'évidence : c'était le grand jour ! Un peu de stress, un peu d'anxiété, mais les dés sont jetés, alors, en voiture… Je n'ai pas pris le chemin le plus court car la nostalgie était déjà là. Comment ne pas passer à Montargis ? Revoir cette école des Transmissions fermée depuis déjà quelques années ? Comment ne pas refaire ce trajet, à l'envers, certes, Montargis-Paris, trajet que j'avais raisonnablement emprunté pendant les quatre mois de ma présence dans cette vielle ? Mais, là, surprise, étonnement : les jets d'eau, magnifiques au demeurant, étaient-ils là il y a 41 ans, et ce grand parc avec le kiosque à musique, et cette passerelle piétonne ??? Que de questions ! Après m'être perdue dans les rues en sens uniques et sans souvenirs de quelle voie emprunter pour aller à mon ancienne école, j'ai repris mon trajet, tant pis, ce sera pour une autre fois…

Et voilà, je suis arrivée Au domaine de la Grande Garenne à Neuvy-sur-Barangeon (18). Oh, mais qui va là, Arlette ! Que tous ceux qui n'ont pas connu Arlette garde à l'esprit qu'elle n'a absolument pas changé… Cela fait déjà 40 ans que nous nous sommes rencontrées pour la première fois, elle, une élève de Dieppe (76), et moi, une élève de Bretteville-sur-Odon (14). Mais nous avons eu la même joie, le même partage de nous prendre dans les bras… Que du bonheur ! Puis il y a eu Elisabeth, Marie-Françoise, Gishlaine, Marie-France, et toutes les autres que je ne connaissais pas ! Nous voilà parties pour quelques heures de papotages : soixante nanas réunies, je ne vous dis pas !

Neuvy

Premier étonnement de ma part : les souvenirs ! Beaucoup les avaient précis, avec les noms des une, des uns et des autres… Mais, à force d'échanges, j'ai réussi à me souvenir de certains, de certaines… A minuit, j'avais déjà trouvé bon nombre de noms, de prénoms, de commentaires aussi à faire, pas toujours flatteurs pour les personnes concernées.  Mais c'est ainsi : nous avons beaucoup de très bons souvenirs, un peu de moins bons, et nous les partageons avec joie, bonheur et fierté !

Bien entendu, n'étant que des femmes, nous avons aussi papoté sur nos maris – les ex et les actuels – sur nos enfants, nos… petits-enfants ! Et puis, il a bien fallu aller se coucher…

Ce matin, dès 8 heures au petit déjeuner, nous étions reparties sur des sujets aussi différents que variés. Mais les échanges ont été plus courts, certains partaient dès dix heures, de la route à faire ou des rendez-vous dans l'après-midi, d'autres restaient encore pour un dernier repas à partager.

Et on s'est dit : "Rendez-vous l'année prochaine, même lieu, même heure, même pommes !" Euh… pour les pommes, j'espère grandement qu'il y en aura d'autres qui viendront remplir le panier avec nous… Quel bonheur que tous ces souvenirs partagés, augmentés des souvenirs des unes et des autres !