Augustine BLAIZOT - Rosalie HICKENBICK - © Christiane MENOT

C'est par notre branche maternelle que je trouve des "migrants"… En effet, du côté paternel, seul notre père a eu la bougeotte, mais uniquement car il s'était engagé dans l'armée au moment de la guerre d'Indochine. Il a ainsi vu du pays : Indochine, Allemagne, Algérie, Maroc, pour venir s'installer dans les Ardennes. Mais, je pense que notre sang "voyageur" nous arrive tout droit de la lignée de notre mère…

Après avoir cherché pendant presque vingt longues années – le net n'existait pas, les archives en ligne encore moins – que j'ai trouvé le mariage des grands-parents paternels de notre mère. Quelle ne fut pas ma surprise ! Maman nous avait toujours dit qu'elle était parisienne, d'une famille de parisiens, purs parisiens ! Eh non ! Son grand-père, Achille, est né à Boulogne-sur-Mer (62) et sa grand-mère, Augustine Marthe Marie, elle, est bien née à Paris, dans le 7ème arrondissement. Les grands-parents paternels ne sont pas en reste ! Là, nous faisons un grand-pas en direction de l'Angleterre, sous Napoléon III, et un autre vers l'Alsace, tiens, encore sous Napoléon III ! Les raisons de voyage des uns et des autres sont totalement différentes.

La famille d'Achille, venue du Pas-de-Calais, de Beussent vers Etaples, s'est installée à Boulogne-sur-Mer au courant du XIXème siècle. Mais le foyer CARON est bien à Beussent ! La famille d'Augustine est originaire du département de la Manche. Les recherches se font sur plusieurs communes mais ces dernières sont assez proches : Gourbesville, Urville, Orglandes, et là, nous nous éloignons juste un peu, vers Picauville et Sainte-Mère-Eglise, au XVIIème siècle.

En remontant la branche de notre grand-père maternel, du côté du patronyme, ils sont parisiens jusqu'au début du XIXème siècle. Ensuite, cette branche part dans l'Oise, Babœuf dès 1663 ! Seulement, c'était sans compter sur Napoléon III et la défaite de Sedan ; celle qui a entraîné tant de bouleversements en France…

Principalement la fuite, la fuite des partisans dont faisait partie Paul Michel Louis. C'est donc en Angleterre qu'il a rencontré sa future femme. Georgina, née à Salisbury, ville du Witshire. Ils se sont mariés à Southampton, dans le Hampshire, en 1872 et ont rallié la France deux ans plus tard.

Autre fuite, celle des Alsaciens qui ne voulaient pas être Allemands… Rosalie Marie Jeanne est née à Paris, 16ème arrondissement. Ses parents, employés de maison, arrivaient tout droit de l'Alsace. Son père, François Joseph, Tambour de la Garde Nationale, de Gundolsheim, Haut-Rhin, sa mère, Madeleine, cuisinière, de Wittisheim, Bas-Rhin.  Du côté de François Joseph, la famille est ancrée à Gundolsheim dès 1620. Du côté de Madeleine, son père, né en 1798, est d'origine allemande, de Sasbach, Bade-Wurtemberg. Ses grands-parents maternels… Quel beau mélange ! Lui, Jean Georges, est natif de Ribeauvillé, Haut-Rhin, elle est native de Valence, dans la Drôme. Qu'est-ce qu'elle, ou ses parents, sont venus faire en Alsace ? Je ne sais, il me faut approfondir cette recherche, affaire à suivre…

Je vous invite à relire mon article "Etranger, quel terme particulier" publié le 12 août 2016… Nous avons tous, je pense, un pigeon voyageur dans notre famille, c'est ce qui en fait cette richesse ! Tous les ancêtres que j'ai cités doivent être heureux en voyant qu'aujourd'hui encore, nous sommes voyageurs, les lieux de résidence des uns et des autres : la Belgique, la Martinique, Hong-Kong, … Certes, comme dans toute famille, il reste les "sédentaires", permettant à tous d'avoir leurs racines plantées quelque part ! Ecoutez cette chanson de Francis Cabrel ici