Simone VEIL 2

Comment dire que, dans ma vie, ce n'est pas UNE femme de ma vie mais plusieurs… Il y a bien UN homme qui a tout changé pour moi : M. Valéry GISCARD d'ESTAING. Il a accordé la majorité à dix-huit ans et, ainsi, m'a permis de quitter la maison familiale à vingt !... Donc, la première femme importante dans ma vie aura été Simone VEIL….

Cette dame a révolutionné la liberté de la femme en lui permettant de décider de son corps ! Fini le temps où l'homme décidait pour nous et nos maternités, fini ce temps où les femmes passaient de grossesses en grossesse ! Fini le vilain mot "fille-mère" : nous devenions des mères célibataires ! Je ne ferai pas l'apologie de l'avortement, mais, désormais, une jeune fille peut, si sa vie ne lui permet pas de garder un enfant non vraiment désiré, faire le nécessaire pour ne pas gâcher la vie de deux êtres : la sienne, en premier, puis celle, non moins importante d'un enfant… Mais, revenons à MA vie !...

Je salue donc Mme VEIL, je la remercie, même si, pour moi, la contraception ne reste qu'un mot dans le dictionnaire, un mot souvent utilisé mais qui ne m'a été d'aucune utilité… Je fais partie de celles pour qui cela ne fonctionne pas… Et c'est ainsi, je dirais presque tant mieux ! Tant mieux, mais pourquoi donc ?... Parce que j'ai eu l'heureuse surprise d'apprendre que j'étais enceinte… et que j'ai eu une petite fille… Première femme de ma vie !... Oh, je ne vous dirais pas que tout a été simple, est-ce que la vie est simple ? Non ! Je ne le pense pas ! Mais, aujourd'hui encore, je ne regrette pas ce choix : celui de garder mon bébé…

La grossesse suivante a été un garçon, mais aujourd'hui, 8 mars, nous ne parlons pas du sexe masculin… et la dernière, une fille, deuxième femme de ma vie…

Bien sûr, pour toute maman, le bonheur, le vrai, ce sont ses enfants, mais, pour moi, c'est encore plus depuis qu'elles sont adultes et indépendantes !... Elles m'apportent l'une comme l'autre des choses différentes, je pense, donc, que je leur apporte des choses différentes.

L'aînée a sûrement dans les veines le sang voyageur de ses ancêtres femmes. Du côté de sa grand-mère maternelle, une arrière-grand-mère est originaire de la Manche et un arrière-grand-père, du Pas-de-Calais, l'autre arrière-grand-mère arrive du Haut-Rhin, l'Alsace en 1874 était allemande, et l'autre arrière-grand-père est Parisien… Il y a aussi cette arrière-arrière-grand-mère anglaise, Georgina WELCH, née à Salisbury, Angleterre… Cela donne envie de se sentir pigeon voyageur et d'aller visiter d'autres mondes…

La plus jeune me fait souvent penser à ma grand-mère paternelle, Marguerite Juliette. Elle sait ce qu'elle veut et ce qu'elle ne veut pas… Elle ne désire pas quitter sa région, ma grand-mère n'a quitté l'Aisne pour l'Oise que lorsque mon grand-père a eu des problèmes de santé, elle a dû se rapprocher de ma tante. Ma grand-mère était ce qu'on appelle une "femme forte". Je pense que ma fille l'est aussi : il n'est pas toujours simple de faire avec les aléas de la vie mais elle gère… Elle sait être douce ou ferme quand il le faut. Oh, je ne vous dis pas que toutes les décisions qu'elle prend sont justes, mais elle les assume !...

Donc, aujourd'hui, si ma vie est sereine, c'est grâce à mes deux filles (je n'oublie pas mon fils, mais aujourd'hui, nous ne parlons que des femmes, hi hi hi !). Elles font partie de ma vie de tous les jours, l'une à distance, mais le téléphone chauffe souvent, et l'autre toute proche, dix minutes à pied ! Les femmes de ma vie ?... Mes filles et le bonheur !