© Christiane MENOT

La dernière supérieure hiérarchique que j'ai eue, Hélène P. m'a dit un jour "Christiane, ne laissez jamais plus personne vous dire que vous ne valez rien ! ..." D'une personne qui ne me connaissait que professionnellement, bien plus jeune que moi, cela m'avait surpris mais, avec le recul, j'ai "grandi" !

En effet, élevée par un père qui ne cessait de nous faire comprendre que nous étions des bons à rien, que nous ne réussirions pas dans la vie, cela m'a endurcie mais pas sur ce sujet… Malheureusement ! Je ne supporte pas que certains décident de qui ils sont et de qui je suis… J'ai beau me répéter cette phrase si connue :"La culture c'est comme la confiture : moins on en a… plus on l'étale…".

Dans un article sur son blog, un généalogiste professionnel écrit : "Parmi les professionnels connus du monde de la généalogie, il y a Pierre-Valéry Archassal, Jérôme Malhache, M. ... Les autres sont des professionnels dans leur secteur, inconnus des généalogistes."

[Suite à un échange avec certains lecteurs, j'ai retiré de l'extrait de l'article cité le nom d'une des personnes. Je précise ici, qu'en aucun cas je n'ai attaqué les personnes citées, de quel droit l'aurais-je fait ?, mais bien la personne qui avait rédigé l'article !]

Je suis au regret de lui répondre, que, sauf celui qui a "espionné", je n'en connais aucun !... Par contre, j'en connais d'autres, pas personnellement, Sophie BOUDAREL, Laurence ABENSURHAZAN, Elise LENOBLE, Patrick TROCMÉ, et, personnellement, Christine LESCÈNE, Daniel HÉLIAS, et d'autres encore…

Alors, lire que sur 149 personnes qu'il a recensées comme étant généalogistes professionnels, seuls 4 sont connus… Cela me laisse perplexe !... Et je m'interroge : qu'est-ce qu'être connu(e) ?

Si être connu(e) c'est avoir moult sites, dont certains ne sont plus actifs, ou renvoient au même site, désolée, je n'ai qu'un site ! Si être connu, c'est avoir un statut de travail handicapé, je le suis, ah, je commence à être un peu connue… Si être connu c'est avoir de l'expérience dans l'archivage et le classement, là encore, je suis un peu connue, dans ma profession antérieure, j'ai eu à classer et à archiver des documents top secrets… Si être connu c'est écrire des articles dans des revues, être pigiste quoi, je suis là aussi un peu connue : j'ai été la rédactrice d'une revue de généalogie pour la SHAGE pendant plusieurs années… Si être connu c'est avoir été co-auteur d'ouvrages, je sens que je suis connue : j'ai activement participé (principale écrivaine, deux correcteurs) à deux ouvrages édités : un aux Editions SUTTON, l'autre en auto-éditeur avec l'Association Mémoire de Moissy… Si être connu, c'est avoir des travaux en cours, ouah, je suis connue : vont paraître cette année, en juin, les Routes du Canton de Brie-Comte-Robert, et en novembre, les Soldats de 1914-1918 de Moissy-Cramayel ! Des articles ont été écrits à mon sujet ? Oui, dans le Parisien, dans La République de Seine-et-Marne et… dans la Gazette de ma dernière entreprise…

Bon, mon bilan est plus que positif : je suis connue ! Et alors ?... Quoi de plus ?... Rien ! Je suis connue, c'est tout !

Désormais, reste, pour moi le plus important, être reconnue ! Là, mon bilan, je le sens, va aussi être positif… Je suis reconnue par ma famille, c'et à mes yeux, le plus important… Je suis reconnue pour être LA spécialiste sur le passé de la commune de Moissy-Cramayel (77), enfin, reconnue… je vous vois sourire, vous ne me connaissez pas donc pour me reconnaître… Je suis donc disais-je reconnue mais localement… Oh, mon égo en est tout heureux tout de même !

Je vais songer à devenir pigiste moi aussi. Quelle revue refuserait de bons articles ? Peu importe de qui ils émanent : il faut qu'ils soient bons, un point c'est tout !

Maintenant, ce qui me guide au quotidien, ce pour quoi je me suis installée en étude n'est pas le sujet de l'écriture, de la connaissance ni de la reconnaissance, c'est la généalogie ! Ce qui me guide, c'est que je pense savoir chercher les informations là où il faut – j'ai eu une bonne formation à la généalogie – , avoir une bonne expérience de la recherche – 20 ans à travailler pour un service de renseignements – savoir écrire et présenter un dossier. Mais comme personne ne m'attendait, personne ne piaffait d'impatience pour que je m'installe, les clients ne se bousculent pas : donc, je fais des recherches sur les uns et les autres, je rédige des biographies qui me paraissent intéressantes et je les vendrais. Si je n'en vends pas ou peu, peu m'importe, j'aurai pris du plaisir…

Alors que toutes ces personnes qui ont un ego surdimensionné en pensant qu'elles sont les seules à avoir la science, qu'elles réfléchissent. Certes, elles savent mieux se vendre que moi, mais que vendent-elles ? Pourrais-je en faire autant si je le désirais ? La réponse est grandement oui ! Pour réussir ce que l'on veut, il suffit de s'en donner les moyens… Ce n'est pas ma fille aînée qui me contredira…