Qui ne s'est pas trouvé, un jour, face au silence familial ?...

mayvka

Lorsque j'ai commencé mes recherches généalogiques, il y a maintenant un peu plus de trente années, je suis allée au plus simple. Je me suis rendue à la mairie du village où habitaient nos grands-parents, Vailly-sur-Aisne (02), et j'ai demandé à consulter les archives de l'état-civil. Accueil surpris le matin, rien de prévu à cet effet… Mais, à mon retour de la pause repas, j'ai trouvé une table et des chaises…

Bien sûr, j'avais répondu à des questions simples : "Vous cherchez sur quelle famille ? Ah, vos grands-parents sont M. et Mme M. ? Oh, j'ai bien connu leur fille… Vous êtes sûre qu'ils avaient un fils ? Je ne me souviens pas…" En fin de journée, après avoir obtenu toutes les photocopies des actes (un sacré nombre), lorsque j'ai voulu payer, j'ai essuyé un refus, alors je leur ai donner de l'argent pour "le petit déjeuner" !

Après avoir visité la mairie du village, j'ai mis de l'ordre dans toutes les données recueillies : pas d'internet à l'époque, donc, aucune archives en ligne…

Quelques temps plus tard, je me suis dit que j'allais interroger la seule personne avec qui j'étais encore un peu en contact : mon parrain, J., toujours présenté comme étant un cousin de notre mère. Lors de l'envoi d'une longue lettre, j'avais joint un questionnaire en lui expliquant que je commençais la généalogie familiale et qu'il pouvait m'aider. Je ne posais pas grand-chose comme question : noms et prénoms de ses parents, de ses grands-parents (à priori mes arrière-grands-parents) et tout ce qu'il pourrait me donner comme renseignements. La réponse a été simple, courte mais claire : ne cherche pas !

Depuis, la vie a fait que… le contact s'est rompu. Il devrait être âgé de quatre-vingt ans environ mais est-il toujours en vie ?... J'aimerais le revoir, mais lui, le désire-t-il ?

Alors, j'ai fait mes recherches sans cet aide qui m'aurait fait gagner quelques années de recherches. Mais j'ai fini par trouver de toute façon : beaucoup de déplacements, beaucoup de patience, beaucoup de …, beaucoup de … Ce qu'il me manque le plus, en fin de compte, ce sont des documents familiaux. Là, c'est presque le désert !

Aujourd'hui, une tante et un cousin pourraient m'aider, enfin, peut-être. Il me faut surtout savoir répondre à cette question "m'aider à quoi ?". Je me plains, comme d'autres personnes dont j'ai lu ici et là les "colères" de cette famille silencieuse, à sens unique. Mais eux, ont-ils le même besoin de relation familiale que moi ? Certes non ! Sinon, ils seraient plus présents dans ma vie, ils m'aideraient plus, ils, ils…

J'ai donc compris que cette quête familiale qui me tient, ce besoin de réaliser la généalogie familiale, m'appartiennent, me sont totalement personnels ! J'aime quand l'un ou l'autre me pose des questions sur cette grande famille, mais je le fais d'abord pour moi, simplement pour moi, pour mon plaisir, pour mon bien être.

Si d'aventure, après mon départ pour l'au-delà, cette recherche est utile, tant mieux, si elle part au panier, peu m'importe : c'est "mon" loisir, uniquement le mien ! Il m'aura permis de passer de très beaux moments, de faire de belles découvertes, de belles rencontres… Cela reste le principal !