DEVILLERS Henry dit Charles inculpé d'avoir participé à l'insurrection parisienne comme Garde au 158ème Bataillon Fédéré…

DEVILLERS Henry naît le 9 octobre 1820 à Saint-Quentin, dans l'Aisne (acte n° 429), fils de Henri, manouvrier, et Marie Eugénie Gabrielle Honorine TULLIER. Sa mère décède dans la commune le 11 janvier 1840.

Demeurant au numéro 60 du Faubourg Saint-Martin, le 29 juin 1843, il épouse Pauline PINGUET, âgée de vingt ans, sans profession.

Le couple vient s'installer à Paris en 1852, afin que Henry trouve du travail dans son métier de menuisier.

https://adevos2.files.wordpress.com/2015/12/sic3a8ge-commune1871.jpg

Lors de l'invasion des Prussiens, il travaillait pour M. LAMI, menuisier, au 204 du Faubourg Saint-Denis et s'est enrôlé au sein du 158ème Bataillon Fédéré, le Bataillon de Montmartre. Il a été placé à la 1ère Compagnie de Marche en tant que Sergent. Son rôle était de monter la garde dans son quartier, Montmartre. Dans la nuit du 2 au 3 avril 1870, Henry s'est rendu, avec son régiment, sur le Champ de Mars. Il a fait la distribution du pain et, afin d'en chercher plus, s'est éloigné dans la rue menant aux Invalides. A son retour, le Bataillon n'était plus là. Il était environ sept heures du matin, en cherchant au milieu de tous les bataillons présents, il a reçu une balle, accidentellement, sur le pied. Il ne s'est pas rendu compte de la gravité de la blessure de suite. Ce n'est qu'après avoir perdu beaucoup de sang et connaissance, qu'il a été transporté à l'ambulance du Corps législatif pour recevoir des soins. C'est à ce moment-là qu'il a été arrêté par les troupes régulières. C'est le récit que Henry, ayant des papiers au nom de Charles, fait au 20ème Conseil de Guerre. En effet, sur son acte de naissance il est bien porté le prénom unique de Henry, mais dans la vie de tous les jours, il est appelé Charles.

Lorsque le juge lui présente une lettre de M. Victor LEFRANC, Ministre du Commerce, adressée au Colonel VAILLAND qui dit que Henri a été blessé le 3 avril au Bas Meudon.  Henri a un casier judiciaire concernant la faillite de sa menuiserie gérée alors par sa fille ; faillite établie par le Tribunal de Commerce de la Seine le 3 mai 1866.

Son Bataillon aurait marché sur l'Hôtel de Ville le 31 décembre 1870 ; Henry affirme ne pas en avoir eu connaissance et, de toute façon, ne pas avoir participé à cette marche. Il ne s'est même pas aperçu du changement de Commandement : ses chefs directs étaient les mêmes, il percevait sa solde comme d'habitude. Malgré son âge, Il a continué à tenir les armes pour pouvoir toucher sa solde.

Henry est incarcéré à la prison des Chantiers. Le Commissaire des Grandes Carrières atteste que Henry habite bien 11, rue Germain Pillon, qu'il a été garde au 158ème Bataillon pendant la commune et qu'il lui semblait peu partisan des doctrines de la Commune.

Le juge rend enfin son verdict le 25 mai 1872 : Henri dit Charles DEVILLERS est acquitté et mis en liberté sur le champ.

Henry DEVILLERS décède le 12 mars 1883, à son domicile, 26, villa Saint Michel, 18ème arrondissement, âgé de soixante-deux ans.

Source : dossier du jugement du 20ème Conseil de Guerre – n° 459 – SHD Vincennes