Fiançailles 2

Qui n'est pas "tombé", un jour, sur un document qui lui rappelle une journée, un instant, une situation, mais dont il manque tellement de renseignements…

C'est mon cas ! Mais, je sais, je suis sûre, j'espère, que mon article me permettra de remplir les chaînons manquants ! Mais, afin que tout le monde cherche, enfin, ceux de ma famille, je vais donner les renseignements au fur et à mesure dans cet article.

 

Le document

C'est un carton plié, comme il en existe tant. La couleur de base est le blanc, il y a une incrustation de fleurs : des roses roses ! Oh, ces fleurs, jolies, simples qui montrent bien l'amour, les sentiments, la douceur, …

Je suis sûre que cela m'appartient, enfin, pour ce qui concerne ce document, car il y a mon nom dessus : Mademoiselle… Cela ne me rajeunit pas !... Je ne donne pas non plus le titre principal du carton : ce serait tellement simple ! Mais il y a des prénoms et une date…

Voilà, tout est dit ! Enfin presque !...

L'intérieur

Aussi élégante et belle à voir que la "Parisienne", elle est cuite, refroidie et présentée avec de la macédoine et de la mayonnaise… - Ce thymus a pris un coup de vieux accompagné de légumes traditionnels : pommes de terre, carottes, champignon… Un vrai régal ! - La cuisse de celui qui nous aide à nous endormir est préparé avec de petits légumes et son mimosa… - Là, que vient faire cette tortue ?... Qui sont ses délices ?... - Et tous ces choix de produits à base de lait caillé plus ou moins fermentés… Sûrement accompagné de leur verdure… - Pour terminer, cette non-européenne s'est invitée avec ses milles feux !

Si vous avez deviné de quoi je parle, vous devez penser : cela devait être la fête ! Eh bien, de ce que je me souvienne, pas tant que cela !

Pour ma part, j'aurais du me réjouir, être heureuse, mais que non… J'étais relativement triste, l'ai-je montré ? Je ne me souviens pas… C'était presque un déchirement ! Celui qui devait rester partait ! Je restais seule dans cette maison avec toutes les difficultés relationnelles qui y vivaient à temps plein : 24 heures sur 24, sept jours sur sept, douze mois sur douze… Bref, conflit perpétuel !...

Mais ça ! C'était avant ! Le temps a passé, nous avons suivi chacun notre chemin, cahin-caha, plus ou moins heureux, plus ou moins chanceux : chacun sa route, chacun son chemin !... Je ne fredonne pas l'air mais vous connaissez la chanson !...

Et puis, la vie, cette vie qui nous avait séparés, cette vie nous réunis, doucement, affectueusement, avec plus de discernement, sûrement !

Tout ça pour vous dire que, si un jour un de mes descendants à l'envie de faire de la généalogie, d'écrire une biographie me concernant, peut-être pensera-t-il que ma vie n'était pas "si belle" ou "si bien". Que nenni ! Avec le temps, en avançant, je ne garde que le bon. Oh, les souvenirs sont toujours là, mais dans un tiroir, non, plusieurs tiroirs, que j'ouvre selon : un mot, un film, un livre, une situation, mais, vite, il faut refermer….

Ce carton date de 1976 : le 12 décembre exactement ! Mais, je n'ai ni le lieu, ni les noms des personnes présentes, ni…, ni.. On en reparle lorsque l'on se voit ? C'est bientôt… Hein !... Et mes souvenirs seront plus complets !