Dans nos souvenirs, il n'y a pas que les parents, les amis, les lieux, il y a aussi les odeurs…

J'habitais Sedan, dans les Ardennes. Tout d'abord Tour Chazy, ce qui m'a permis de fréquenter l'école primaire de Torcy, celle dont je vous parlais déjà hier. Et nous avons déménagé pour aller habiter Fresnois, petit village, tout proche, tellement proche qu'i touche désormais Sedan !

J'ai inauguré le collège de Fresnois à mon entrée en 6ème, puis j'ai rejoint le Lycée de jeunes filles, le Lycée Nassau… Une longue distance me séparait désormais de mon lycée : 4,5 km. Je les ai souvent parcourus à pied ! Et là, que d'odeurs…

Les premières effluves, pas vraiment agréables d'ailleurs, surtout tôt le matin… , étaient celles de l'usine d'Usinor ! Énorme fonderie, avec ses hautes cheminées. Usinor avait une grande façade et je gardais cette odeur flottait, devant mes narines, un peu trop longtemps à mon goût…

L'odeur suivante, pas beaucoup plus agréable, était celle du chemin de fer. Eh, oui, je passais sur ce grand pont ! L'odeur était surtout intense par temps de brouillard ! Il y avait beaucoup de trains : voyageurs, destination Paris, Londres, Strasbourg, et les trains de marchandises avec ce long cortège de wagons…

A la descente du pont, j'arrivais au niveau de la GBA, Grande Brasserie Ardennaise. Là, odeur de houblon ! Pour certains, le matin, cela devait être difficile mais moi j'aimais ! J'aimais d'autant plus que je savais que c'était bientôt mon odeur préférée… Mai, pour cette odeur-là, je rallongeais mon chemin…

Ah, cette bonne odeur de chocolat ! Celle de la chocolaterie Turenne ! Cette chocolaterie était près du parc de la gare… Je passais d'ailleurs là et trainais les pieds pour pouvoir profiter plus longtemps de cette douce et agréable odeur… Distance beaucoup trop courte.

J'arrivais déjà sur le pont qui enjambe la Meuse, là, légère odeur d'humidité, selon les saisons… L'hiver, odeur amère, et l'été, odeur bien agréable associée à la sensation de fraîcheur…

Cette partie du chemin, une belle et longue ligne droite, l'avenue Philipoteau, n'a pas d'odeurs mais de telles belles et vieilles maisons dont je regardais et observais les belles façades… La maison de l'assureur Lamkin, celle du gynécologue Vinkler, … Et puis, je bifurquais juste un instant pour passer devant le stade Emile Albeau. Certains se souviendront sûrement des superbes matches du grand Sedan, des commentaires, parfois virulents de Thierry Roland, jeune reporter !

 

Place Alsace-Lorraine

 

 Dès le stade, je reprenais l'avenue jusqu'à la Place alsace-Lorraine, et ce magnifique et géant Monument aux Morts, sur la droite, le parc et de nouvelles odeurs : celle des bois et feuilles d'automne, celles des éclosions des crocus et autres fleurs au printemps, …

Encore de belles façades et j'arrivais Place Nassau. Là encore un énorme monument, très imposant avec ses sangliers qui veillent !

 

Lycée Nassau

 

Et me voilà arrivée… Il faut y aller : la cloche a sonné ! Monter les marches, traverser le hall, retrouver les copines dans la cour ! La journée commence…