Qui, dans votre entourage, n'a jamais dit, j'aimerais faire MA généalogie mais je n'ai pas le temps ? Bon nombre ? Mais savent-ils vraiment ce qu'ils veulent ?

En effet, veulent-ils simplement leurs parents (ils connaissent), les parents de leurs parents (à priori, ils peuvent connaître aussi), savoir s'ils ont un ancêtre qui a fait la Révolution, jusqu'où ils peuvent avoir des ancêtres… ? Que de questions !

Certains, dès qu'ils buttent sur le chaînon manquant, s'arrêtent, alors que c'est justement là que le chercheur, celui qui veut absolument savoir, commence à prendre goût au jeu de cette recherche… Le but ? Trouver ce que, jusque-là, personne n'a trouvé ! Aller jusqu'où personne n'est encore allé !

L'intérêt n'est-il pas de chercher ? Certes, trouver est agréable mais le plus intéressant, c'est qu'il faut chercher encore et toujours…

 

Source : blogrimo.over-blog.com

 

Alors les parents des parents ou la famille ??? Pour ma part, je préfère perdre du temps, monter mon arbre tranquillement, mais avoir les frères et sœurs, les mariages, les oncles et tantes, les cousins… ah, ces fameux cousins issus de germains ! Ceux-là me plaisent beaucoup car, dans le monde des vivants, c'est souvent ceux qui nous contactent, avec qui on va pouvoir créer un lien, un vrai : nous cherchons les mêmes ancêtres, nous avons des infos, orales ou non, différentes, nous pouvons échanger !

C'est pourquoi, lorsque mes ancêtres arrivent dans une commune de faible importance (jusqu'à chef-lieu de canton par exemple), je lis tous les actes de la commune. Il n'est pas incertain de retrouver tous les habitants dans MA généalogie, mais bon nombre s'y retrouvent. Bien évidemment, cela augmente le nombre d'ancêtres mais ce n'est pas là l'important ! L'important, c'est que mon arbre en ligne sur Geneanet.org offre une possibilité de "cousinage" importante. Cet arbre ouvre parfois des portes à des chercheurs, récents ou anciens, et ils sont souvent étonnés lorsque je leur explique que nous cousinons, certes, par un mariage quelconque, mais parfois ce serait bien trop compliqué de trouver ce lien…

Je ne fais donc plus MA généalogie, mais DE LA généalogie ! Et là, l'expression "nous sommes tous cousins" a son importance, sa vérité ! Si nous pouvions mettre nos arbres en commun, à partir du moment où nous avons au moins un ancêtre identique, nous couvririons très vite le territoire français et nous partirions aussi explorer quelques pays environnants ou lointains…

Et, lorsque je veux faire MA généalogie, je prends le temps, le temps de comprendre comment mon grand-père de Vailly-sur-Aisne a pu rencontrer ma grand-mère de Condé-en-Brie, de chercher ce qu'est un cordier, pourquoi tant de vignerons et de tonneliers à Vailly alors que je n'y ai jamais vu de vignes dans mon enfance, pourquoi mon ancêtre est parti à Southampton, si peu de temps, pourquoi le lieu et la date de décès mon ancêtre Achille est introuvable, pourquoi, pourquoi, pourquoi… !

Alors, je me dis que je peux profiter pleinement de ma retraite : tous les matins, il y aura une ou plusieurs questions à laquelle ou auxquelles je n'aurai pas répondu le soir… Que de belles journées à venir !...